07 décembre 2016

1er décembre : journée mondiale contre le sida

sida-gayviking(article publié le 30 novembre 2013)

En 1988, par un vote de l’assemblée générale des Nations Unis (ONU – Organisation des Nations Unies), le 1er décembre a été instaurée comme journée mondiale de lutte contre le sida. C’est l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui est chargée de son organisation.

Cette journée permet de sensibiliser le public à la pandémie du sida dans le monde. Cela donne l’occasion à des personnes d’horizons divers de se rassembler pour mieux faire connaître le VIH et le sida pour montrer leur solidarité. Des organisations publiques et privées diffuse plus d’informations sur la situation concernant la pandémie et de promouvoir la prévention, le traitement et la prise en charge du VIH/sida, dans les pays à forte prévalence mais aussi ailleurs notamment en France.

Pour la période 2011 et 2015, l’OMS a choisi un thème particulier pour la Journée mondiale de lutte contre le sida : « Objectif zéro: zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au sida« .

sida-nuageSIDA / VIH – Kesako ?

Ces deux termes (VIH et SIDA) semblent similaires alors qu’il s’agit de deux termes bien différents.

Le VIH est le nom du virus : virus de l’immunodéficience humaine. C’est la cause du sida. C’est un rétrovirus qui s’attaque aux cellules du système immunitaire et les détruit ou les rend inefficaces. Aux premiers stades de l’infection, le sujet ne présente pas de symptômes. Cependant, l’évolution de l’infection entraîne un affaiblissement du système immunitaire et une vulnérabilité accrue aux infections opportunistes comme une simple grippe par exemple difficile à guérir.

Le sida, médicalement est le dernier stade de l’infection au VIH. Il peut se déclarer au bout de 10 à 15 ans. Le terme signifie « syndrome d’immunodéficience acquise (le SIDA) ».

Ainsi, au niveau du vocabulaire médicale, on peut être séropositif, c’est à dire avoir été contaminé par le virus VIH dans son corps mais ne pas développer le SIDA ; dans ce cas, le virus VIH n’est pas encore arrivé à sa phase de développement de l’infection. Mais il est vrai que dans un raccourcis de langage, on dénomme « sida » le fait d’être séropositif : « avoir le sida ».

En anglais VIH se dit HIV… et SIDA=AIDS

Le VIH se transmet à l’occasion de rapports sexuels (anaux ou vaginaux) non protégés, lors d’une transfusion de sang contaminé ou de l’échange de seringues contaminées. Il se transmet aussi de la mère à l’enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement au sein.

Il n’existe, à ce jour, aucune vaccination efficace contre le sida. Le préservatif reste actuellement la meilleure et la seule prévention

 

LE SIDA ET LES GAYS ? (1979 – 1990)

couple-sidaA la fin des années 1970, le monde médical constate que de nombreux homosexuels aux Etats-Unis (région de San Francisco essentiellement) ont des symptômes étranges et non expliqués comme une soudaine perte de poids importante ainsi que le développement de cancers rare notamment de la peau. On remarque également que les défenses immunitaires des patients ne sont plus vraiment actives, on parlera d’un syndrome d’immunodéficience acquise (sida).

Les cas se multiplient et en 1981, les autorités sanitaires américaines sonnent l’alarme du fait d’un nombre croissants de malades similaires. La population homosexuelle est la première victime de cet étrange syndrome même si les hétérosexuels sont aussi malades, mais les gays étaient prépondérants dans les statistiques.

sida-syndrome-immunodeficience-acquise-provoqueCe n’est qu’en 1983 qu’une équipe de l’Institut Pasteur à Paris (docteurs Chermann et Montagnier) découvre un virus étroitement lié à ce syndrome sida. Le virus qui cause ces symptômes ne sera dénommé VIH qu’en 1986.

La population homosexuelle reste la première touchée, essentiellement dans le milieu libertin gay. On parle alors de « cancer gay ». Plusieurs célébrités gay sont touchées dans les années 1980 et en mourront rapidement, comme Patrick Cowley (1982), Klaus Nomi (1983), Michel Foucault (1984), Keith Haring (1990) ou encore Freddie Mercury (1991).

Sida-et-homosEn 1983, le journal gay français Gai Pied (« ancêtre » de Têtu) évoque 2500 cas de sida aux Etats-Unis et une centaine en France. Tout le monde ne prend pas conscience de ce qui se passe du fait d’un manque d’informations évident. En France, la communauté gay considère ce syndrome comme « peu contaminant » et essentiellement Parisien. On oscille entre indifférence et inconscience. Que dire face à une centaine de cas répertoriés en France ?

En 1984, le sociologue Daniel Defert créé l’association AIDES suite au décès de son compagnon Michel Foucault. L’association développera d’importantes actions d’information, de prévention et de soutien auprès des personnes concernées par le VIH.

Début 1984, le premier gala au profit de la recherche sur le sida est organisé par le journal Gai Pied et l’association des médecins gais.

En 1985 dans un sondage Ipsos pour Gai Pied, 2 français sur 3 considèrent le sida comme la maladie de l’homosexualité. Le « cancer gay » reste d’actualité.

Il faudra attendre novembre 1989 pour voir apparaître la première campagne des pouvoir publics à destination des homosexuels. Il faut dire qu’une nouvelle association venait de naître en France « Act Up-Paris » suivant le modèle américain, né deux ans plus tôt. Sans contredire la campagne de safe sexe des pouvoirs publics, Act Up dénonce l’inertie des pouvoirs publics dans le développement de la prévention et du soutien aux malades.

La prise de conscience de la communauté homosexuelle force les Gouvernements à prendre des mesures exceptionnelles pour enrayer la pandémie et mettre les moyens nécessaires dans la recherche contre le sida. Une longue marche s’engage. En 2013, le sida n’est plus seulement la maladie des homosexuels mais de toute une génération (homo/hétéro). Le combat continue encore aujourd’hui avec vous.

 

sida-imageCHIFFRES

Dans le monde…

Selon l’OMS, en 2012, on estimait à :

35,3 millions de personnes vivaient avec le VIH dans le monde

2,3 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le virus

1,6 million de personnes sont décédées de maladies liées au sida

Une-Journee-mondiale-pour-lutter-contre-le-sida1_articlephotoEn France…

Aujourd’hui environ 150.000 personnes vivent avec le VIH en France.

En 2011, 6.088 personnes ont découvert leur séropositivité VIH contre 6.262 cas en 2010. Le nombre de découvertes de séropositivité, après avoir diminué significativement entre 2004 et 2007, se stabilise depuis. Mais les derniers chiffres de l »année 2012 laisseraient entrevoir une nouvelle hausse dépassant les 6.300 personnes.

Pour rappel, entre 2003 et 2005, nous pouvions constater une moyenne de 7.500 cas. Cela représente une moyenne de 93 cas de VIH par million d’habitant en France (outre-mer inclus). Selon l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS) près de 60% en France ignorent leur séropositivité, soit 30.000 personnes et 60% devraient déjà être sous traitement.

Si on observe les seules personnes nées en France, c’est 64% des personnes qui ont été contaminées lors de rapports homosexuels. Alors que pour les personnes d’origine étrangère, le mode de contamination se réalise lors de rapports hétérosexuels.

(Plus d’infos et détails des chiffres en région – cliquez ici – article GAYVIKING)

(cliquez ici également pour voir une infographie de l’inter-lgbt)

 

sida_piqueDEPISTAGE !

A noter que les hétérosexuels découvrent tardivement leur séropositivité, contrairement aux homosexuels et aux femmes. Le plus souvent, les hétéros ne recourent au dépistage que lorsque la maladie a produit ses premiers effets. Le manque de communication pour le dépistage du Sida en direction des hétéros reste insuffisant.

Il faut 8 semaines pour que le virus du VIH-sida soit détectable dans le corps. Avant ce délai, le test risque d’être faux-négatif, c’est-à-dire que le virus n’apparaîtra pas dans le test, même si vous êtes porteur. Il vaut donc mieux refaire le test une fois ce délai écoulé, vous saurez ainsi avec certitude si vous avez été contaminé ou non. Pour éviter le stress inutile, protégez-vous mettez une capote !

Dépistage, c’est important !! Comment faire et où ? (cliquez ici – article GAYVIKING)

sida-info-service-sidactionLIENS

Vous pouvez également donner pour la recherche et l’aide aux patients sur www.sidaction.org

Site internet de AIDES

Site internet d’Act Up

 

 

sources : 

site Organisation Mondiale de la Santé

site Nations Unies

Journal Gai Pied (1983 – 1985 – 1989)

site sida-info-service

voir plus loin : histoire act up paris , aides , sida,

 

A lire également

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *