À Rouen : 800 personnes mobilisées contre l’homophobie

Article publié le 3 novembre 2018

Une semaine après l’agression homophobe dont a été victime Romain à Rouen, un rassemblement a été organisé ce samedi dans la capitale normande. Près de 800 personnes se sont réunies sur le Pont Corneille.

À Rouen : 800 personnes mobilisées contre l’homophobie

Cette manifestation est l’initiative des associations LGBTI de la région dont notamment SOS homophobie, Gay’T Normande, le Centre LGBTI de Normandie, Enipse, Aides et Getin (groupe d’entraide transgenre et intersexe)

Message de Romain

Le moment le plus attendu était le message délivré par Romain qui a été séquestré et tabassé car homosexuel. Pendant plusieurs jours sa photo avec ses yeux gorgés de sang a fait le tour de France des médias. Reflétant l’horreur qu’il a vécu, Romain, victime de la haine homophobe, fait partie de la longue liste composée d’hommes et de femmes qui ont été agressés car gay, lesbienne, bisexuel ou transgenre. La dernière en date étant une femme frappée dans la rue le soir d’Halloween, à Paris, après avoir embrassé sa compagne

À Rouen : 800 personnes mobilisées contre l’homophobie

Par la voix de Benjamin Duval, membre des associations Gay’T Normande et d’Enipse, les paroles de Romain ont été écoutées avec la plus grande attention. Un message de remerciements avec un espoir que les choses changent et que les agressions homophobes s’arrêtent :

« Je suis désolé de ne pas pouvoir être présent avec vous ici.

En tant que victime,  je ne peux que vous remercier tous d’être venu à cette mobilisation, car oui l’homophobie est toujours présente, même ici dans ma ville, Rouen. 

J’espère de tout mon coeur que les politiques et le gouvernement vont nous aider à nous protéger pour que nous vivions enfin en paix.
Je remercie toutes les personnes qui m’ont témoigné leur soutien sur les réseaux sociaux. Ces messages, que je lisais sous les différentes publications d’amis, d’inconnus ou des médias, m’ont vraiment réconfortées (…) 

Je veux remercier également mes amis, ils se reconnaîtront, certains sont présents parmi vous. Comme toujours, ils sont là pour moi, et leur soutien, leur réconfort, m’a aidé et m’aide encore dans ce moment,  le plus difficile de ma vie. (…) 

Je remercie également mon ami officier de Police Judiciaire qui est venu me cherché au crédit agricole où je m’étais retranché. (…) Je remercie d’ailleurs ses collègues, les policiers de Rouen qui m’ont pris en charge. Leur écoute et leur sérieux méritent d’être salués. (…)

Je remercie également (…) monsieur le ministre de l’intérieur Christophe Castaner pour son appel téléphonique très réconfortant  et tout les politiques pour leurs messages sur Twitter dont celui de Monsieur le président  de la République, Emmanuel Macron. En espérant que cela puisse faire changer les choses et que les agressions homophobes s’arrêtent définitivement. (Romain)  »
(texte intégral)

À Rouen : 800 personnes mobilisées contre l’homophobie

Revendications des associations LGBTI

Après le message de Romain, le collectif inter-associatif a pris la parole. Chaque association a tenu à rappeler le combat qui reste à mener : « La violence, les discriminations, la LGBTIphobie s’expriment dans tous les aspects de nos vies, que nous marchions dans la rue, souhaitions fonder une famille, trouver un emploi ou un logement ou consulter un médecin. ».

« Si nous nous rassemblons aujourd’hui, c’est d’abord en soutien à Romain, mais aussi pour tous.tes les autres. C’est en souvenir de Vanessa Campos, travailleuse du sexe trans assassinée en août. C’est en soutien à toutes les personnes intersexes mutilées dont nous ne connaissons pas le nom. Toutes les personnes LGBTI insultées, frappées, moquées, discriminées, par leurs proches, par leur employeur.euse, leurs collègues, leurs camarades de classe, leur médecin ou leur prof. C’est en pensant à tous.tes les jeunes mis à la rue, parce que leur identité de genre ou leur orientation sexuelle ne convient pas à leur famille. »

À Rouen : 800 personnes mobilisées contre l’homophobie

Le collectif inter-lgbt demande à l’État d’assurer la sécurité de la communauté LGBTI. « Nous l’exhortons à ne plus maintenir et entretenir ce climat en refusant des droits à certains de ses citoyens ».

Le traitement médiatique des questions LGBTI était également dans le discours des associations : « Nous dénonçons la position des médias, qui relaient encore et toujours la parole des anti-mariages pour tous, des anti-PMA, des xénophobes… qui banalisent les discours LGBTIphobes dans l’espace public, qui ne donnent jamais la parole aux femmes ou aux personnes trans, premières concerné.es par la PMA. Nous demandons des sanctions pour toutes les personnes publiques qui diffusent quotidiennement des messages haineux qui incitent à la violence ! » (texte intégral de l’interlgbt)

Une chaîne humaine entre les deux rives de la Seine

Les manifestant.es ont ensuite formé une chaine solidaire pour « défendre le bien vivre ensemble » mais aussi « lutter contre l’homophobie, les violences liées aux discriminations ».

Quelques élu.e.s de tout bord politique étaient présent.e.s même si les associations ont jugé cette présence encore timide.

Le Maire de Rouen, Yvon Robert, accompagné de ses adjoint.es, notamment Hélène Klein et Caroline Dutartre, ont participé à la manifestation. Le député de Seine-Maritime LREM, Damien Adam, ainsi que la conseillère départementale UDI, Marine Caron se sont déplacés. Beaucoup de formations politiques et associatives se sont montrées solidaires du mouvement : Parti Socialiste, Parti Communiste, les Verts, HES (homosexualité et Socialisme), et également syndicaliste comme l’UNSA. 

La manifestation de Rouen s’est inscrite dans une série de rassemblements qui a commencé à Paris le 21 octobre dernier. Un peu partout en France, des collectifs contre les LGBTphobies se mobilisent. Besançon a manifesté le 22 octobre, Rennes le 23 octobre, Strasbourg et Montpellier le 27 octobre, et ce 3 novembre Marseille comme Rouen. De son côté les associations LGBTI sur Amiens appellent à manifester le 20 novembre. 

Les photos

Séquence vidéo

 

Réactions du Gouvernement

Quelques jours après l’agression de Romain, le 30 octobre 2018, la ministre de la Justice Nicole Belloubet, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner étaient reçus à Paris par Joël Deunier, président de SOS Homophobie. La secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, participait à la réunion en présence notamment de l’Inter-LGBT.

Cette réunion faisait suite à la réaction du Chef de l’Etat, Emmanuel Macron, dénonçant la veille les violences homophobes comme étant « indignes de la France » et annonçant de futures « mesures concrètes ».

Bien que saluant un « acte fort et symbolique de la part des pouvoirs publics », les associations LGBT ont été déçues par les annonces : plaintes en ligne, formation des magistrats… Les associations auraient notamment souhaiter qu’une campagne nationale de sensibilisation contre les LGBTphobie soit lancée auprès du public. Le volet formation dans l’éducation notamment est primordial.

Des actions concrètes restent à mettre en place par le Gouvernement. Les associations LGBT ne pourront pas faire sans l’aide des pouvoirs publics.

mise à jour : 5 novembre 2018 : les agresseurs ont été arrêtés, Romain est soulagé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *