11 décembre 2016

AIDES : un monde sans sida est possible…

aides-no-sex-gay(article publié le 27 novembre 2014)

Le 1er décembre, c’est la journée mondiale contre le sida. On aurait parfois tendance à l’oublier… mais le Sida est toujours là, en embuscade. Même si les traitements progressent en efficacité, il n’y a toujours pas de remède miracle. On meurt encore du Sida et de ses conséquences. Beaucoup de gay prennent des risques inutilement, des comportements où le résultat se jouera à la roulette russe. Les associations sont présentes pour nous rappeler tout cela. Et notamment l’association AIDES depuis 1984. Rencontre avec Valentin, le président de l’association AIDES Normandie, qui fait un point sur les actions et l’épidémie.

 

GAYVIKING : La journée mondiale contre le sida existe depuis 1988, que signifie aujourd’hui cette journée ? 

AIDES (Valentin) : La Journée mondiale du sida est célébrée tous les ans le 1er décembre, dans le monde entier. Cette Journée est l’occasion de sensibiliser et d’informer sur la maladie,  de partager les « nouvelles encourageantes » en matière de  prévention  et de prise en charge médicale,  de commémorer ceux qui sont décédés, mais également de communiquer sur l’état de lieux mondial de l’épidémie, les avancées et les besoins dans la lutte contre le VIH.  Depuis 2010 nous savons qu’un monde sans sida est possible. Nous savons que les traitements sauvent la vie des malades et réduisent de façon spectaculaire la transmission du virus. Avec l’accès de tous au dépistage et aux traitements, la mortalité chuterait en quelques années et l’épidémie pourrait s’éteindre à l’horizon 2050.

 

logo-aides-nv2GAYVIKING : Où en est l’épidémie ? Et plus spécialement au sein de la communauté gay ?

AIDES (Valentin) : AIDES le rappelle depuis 1984 : tout le monde est concerné par l’épidémie, quel que soit son âge ou son orientation sexuelle :
-37 ans est l’âge moyen de découverte de séropositivité en France.
-La proportion des plus de 50 ans dans les nouvelles découvertes de séropositivité n’a cessé de croître depuis 2009
-10% des nouvelles contaminations concernent les 15-24 ans, soit 2 jeunes touchés par jour.
-37 % des nouvelles contaminations touchent la communauté homosexuelle
Depuis 2003, en France, le nombre de nouvelles découvertes augmente uniquement chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes.

 

GAYVIKING : Dans la prévention de l’épidémie, les actions d’aujourd’hui vous paraissent-elles satisfaisantes ?

AIDES (Valentin) : Parce que la prévention du VIH et des hépatites ne peut se faire qu’à partir d’une approche diversifiée, AIDES déploie ses actions de prévention sur de nombreux supports et sur différents terrains. Informer sur les modes de transmission, distribuer de quoi réduire les risques (préservatifs, seringues stériles…) et permettre aux personnes de dialoguer sans être jugées : ces principes sont à la base de notre démarche en matière de prévention, et cette démarche est adaptée aux spécificités de chaque public. Ces dernières peuvent toujours être accrues mais pas sans une mobilisation de tous.

 

No-sex-publicite-aidesGAYVIKING : Comment Aides organise la prévention auprès du public Gay ?

AIDES (Valentin) : Auprès du public gay, nous allons faire des permanences santé sexuelle avec une offre de dépistage rapide que ce soit dans des établissements commerciaux avec consommation sexuelle ou sans, dans des lieux de rencontres extérieures ou dans les milieux festifs. Nous organisons également mensuellement un groupe de parole « Entres Mecs », groupe de soutien aux personnes séropositives.

Dernièrement, la campagne « NO SEX » a été lancé en direction de tous. Dès 1987, c’est la mobilisation de AIDES qui pousse les pouvoirs publics à lever le tabou interdisant toute publicité pour le préservatif. En 2006, AIDES réinvente le préservatif à 20 centimes d’euros, réaffirmant son combat pour une prévention accessible au plus grand nombre. Depuis, la prévention a beaucoup évolué. Les outils se sont diversifiés, mais le préservatif reste un levier majeur pour réduire le nombre de nouvelles contaminations. En mettant à nouveau l’accent sur le rôle crucial du petit bout de latex, AIDES reste fidèle à ses combats : informer, éclairer, toujours avec ce ton décalé et provocateur qui fait le succès de ses campagnes depuis bientôt 15 ans.

 

association_aidesGAYVIKING : Quand une personne découvre sa séropositivité et vient vous voir, que faites-vous ?

AIDES (Valentin) : Elle sera reçue par un militant dans le cadre d’un entretien confidentiel, lors duquel et selon les besoins des personnes, tous les aspects liés à la découverte de la séropositivité pourront être abordés.  Ces entretiens individuels peuvent se renouveler autant que besoin. Existent également autres formes de soutien collectif, comme les groupes de paroles ou les actions santé.

 

images-aidesGAYVIKING : Cherchez-vous des bénévoles et pour quelles missions ?

AIDES (Valentin) : Oui, nous cherchons toujours des bénévoles, tous ceux qui sont prêts  à s’inscrire dans une démarche de solidarité sans discrimination sont les bienvenus. Les missions sont diverses, le front de la lutte contre le VIH et les hépatites est large, nous avons des actions de soutien aux personnes, de prévention et de dépistage rapide, de plaidoyer. Des actions qui concernent aussi bien les aspects liés à la prise en charge médicale qu’a  l’accès aux droits sociaux et la lutte contre toute forme de discrimination.

 

no-sex-trio-aidesGAYVIKING : Avez-des projets pour les prochains mois ?

AIDES (Valentin) : Dans les mois à venir, nous allons continuer de maintenir nos actions existantes que ce soient les permanences de santé sexuelles avec offre de dépistage en lien avec nos partenaires commerciaux ou associatifs, dans nos locaux comme tous les jeudis soir de 18h30 à 20h (Permanence de dépistage rapide (TROD)) mais aussi à l’extérieur de nos locaux (Lieux de rencontres extérieures). Bien évidemment la prévention avec le dépistage rapide communautaire va évoluer encore avec l’arrivée des TROD VHC (ndlr : dépistage rapide de l’hépatite C)

 

GAYVIKING : Un dernier mot à ajouter ?

AIDES (Valentin) : Faire avancer la lutte contre le sida c’est faire avancer la société toute entière !

 

Dernière campagne de Aides pour le port du préservatif :

AIDES et TBWA\PARIS ont imaginé quatre petits films aussi dénudés qu’esthétiques, chacun étant décliné en print et s’adressant à l’un de ces publics cibles. Ils ont pour titre « Petits pois », « Tricot », « Perles » et « Puzzle », des noms évocateurs qui laissent entrevoir à quoi peuvent ressembler les longues soirées d’hiver…sans préservatif. Une campagne intelligente et virale, loin de tout discours moralisateur, qui s’achève par ce message limpide : « pas de préservatif, pas de sexe » (Aides)

 

logo-aides-nv2Pour aller plus loin…

Site internet de AIDES (national) : www.aides.org

Page Facebook de AIDES NORMANDIE : cliquez ici

Comment faire un dépistage et trouver les bonnes adresses – article GAYVIKING (cliquez ici)

Pour les Normands, voir Agenda de GAYVIKING pour les rendez-vous des Trod (dépistages flash, rapide – indiqués en rouge) cliquez ici

 

A lire également

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *