04 décembre 2016

Cherbourg entre joie et douleur, retour sur une période difficile

couple-gn1(article publié le 19 juin 2013 – revue de presse). Inspiration d’un article paru dans La Presse de la Manche de Julien Munoz).

Dans son édition du 10 mai 2013, le quotidien « La Presse de la Manche » a réalisé un bel article sous le titre : « l’homophobie a fait son coming-out ». Des habitants de la Manche et notamment Cherbourgeois témoignent suite aux événements récents sur le mariage pour tous. Le Cotentin n’a pas été indifférent aux débats.

Des couples comme les autres

Le journaliste a interrogé un étudiant, Mathias, à Cherbourg après le vote de la loi instaurant le mariage pour tous, un rassemblement devant l’Hôtel de Ville avait eu lieu. Mathias y était. : « Je me suis dit qu’enfin nous étions perçus comme des couples comme les autres. Je suis sorti pour me montrer. Montrer que j’existe tel que je suis.« . Avec cette loi, le jeune gay normand s’est « lancé le défi » de dire à ses parents qu’il était homo… il est convaincu que l’homosexualité sera désormais plus facilement acceptée.

Des mots blessants

manif-egalite-rouenMais avant de fêter cette loi, les gays du Cotentin on eu une période difficile comme beaucoup dans la région. Les défilés anti-mariage pour tous ont délié les langues et libéré l’homophobie. Interrogée par le journal, Anne-Lyse Cauvin responsable de SOS Homophobie en Basse-Normandie : « Beaucoup d’anti ont appelé pour nous insulter. Le relent homophobe était beaucoup plus important qu’au moment du PaCS. « . La ligne d’écoute de SOS Homophobie a reçu 30 à 40% d’appels de plus que l’année précédente.

D’autres témoignent comme Jacques près de Carentan. Il pensait que seuls les « barjots de service insultaient encore les homosexuels. Je me suis trompé.« . Le journal précise que ses collègues de travail ont fini par savoir qu’il était gay et ils l’ont traité de tarlouze. Il a eu peur que les images des violences dans les bars gay à Lille ou Bordeaux donnent des idées à quelqu’uns.

Sophie a aussi était mal à l’aise. Le quotidien écrit qu’elle a eu honte d’être homosexuelle pendant cette période. Lors des repas de famille, son père s’exclamait contre les « sales pédés« , sa tante emboîte le pas et évoque les rapports entre homosexualité et pédophilie. Sophie ne dit rien. Auparavant, personne de sa famille n’aurait eu de telles paroles : « ces derniers mois, c’est comme si ces gens m’avaient rappelé que je n’étais pas comme ils voulaient que je sois.« .

Cela m’a fait mal au ventre…

Les paroles se sont libérées. Le journaliste précise que pour Mathias et comme d’autres homos du Cotentin, beaucoup n’ont pas compris que l’on pouvait manifester contre leurs droits : « Pourquoi ces gens ne veulent pas que nous ayons les mêmes droits qu’eux. J’ai cherché à comprendre, à discuter. Certains avaient des arguments. D’autres ne voulaient pas de nous, c’est tout. « .

homophobie-lyceeLes manifestations des consœurs Boutin et Barjots ont agi comme des déclencheurs. Pour Sophie : « J’ai assisté à un déversement de haine. Cela m’a fait mal au ventre…. Je n’ai vu que de la haine gratuite. J’ai vu des gens pleurer en les entendant.« . Dans le Cotentin, les « anti » ont eu l’avantage d’un personnage de poids avec le député de la Manche, Philippe Gosselin (ump), un fer de lance  à l’Assemblée Nationale contre le mariage pour tous et co-fondateur du collectif des maires pour l’enfance dès 2005.

Espérons que ce reportage dans un journal populaire a ouvert les yeux de quelqu’uns et a pu faire prendre conscience des mots blessants qui ont été exprimés durant cette période. Des manifestations contre l’égalité qui laisseront sans doute des traces et donc des petits groupes encore en activité tendent de réactiver dans la région. Une période qui a été pénible dans une région où l’homophobie n’était pas forcément plus importante qu’ailleurs… mais cette fois-ci l’homophobie a fait son coming-out.

Premier mariage dans la Manche

Un mois après ces témoignages… la nouvelle loi « mariage pour tous » s’appliquent doucement mais surement suscitant, comme Mathias, de nombreux espoirs. Samedi 15 juin, le premier mariage entre deux hommes a été célébré dans la Manche.

2013-01-09mariage-gay_0Source : La Manche Libre

« Un mois après la promulgation du mariage pour tous, Saint-Samson-de-Bonfossé est la première commune de la Manche à avoir prononcé un mariage gay dans la Manche. C’était samedi.  L’histoire retiendra que le premier mariage homosexuel du département de la Manche a été célébré un samedi 15 juin. Deux hommes, Michel et Jean-Claude, 52 et 63 ans, se sont dit « Oui », après plus de 15 ans de vie commune.Le mariage a été célébré par le maire de Saint-Samson-de-Bonfossé près de Saint-Lô, un mois après la promulgation de la loi sur le mariage pour tous. »

Pour aller plus loin

logo-sos

– Ancien article : mobilisation de lycéens près de St Lô face à un tract anti-mariage pour tous (relire l’article du 8 janvier 2013 sur Gaynormandie – ici)

– SOS Homophobie – Basse-Normandie – E.mails : sos-caen@sos-homophobie.org – Tel : 06.12.63.68.58 (antenne locale de Caen) – voir le site internet de l’association (ici)

SOS homophobie est une association de lutte contre les discriminations et les agressions à caractère homophobe. Ligne d’écoute nationale anonyme au 0.810.108.135 (ou au 01.48.06.42.41 depuis une « Box ») : lundi au vendredi de 18h à 22h / le dimanche de 18h à 20h / samedi de 14h à 16h

 

A lire également

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *