04 décembre 2016

Evreux : un couple gay agressé

une-eure-info-gv(article publié le 17 décembre 2013)

C’est le journal Eure-Info qui révèle l’information dans son édition hebdomadaire du 17 décembre. Un couple gay a été agressé dans les rues d’Evreux dans l’Eure.

La scène s’est déroulée vendredi 14 décembre. Les deux jeunes hommes de 23 et 24 ans ont été pris à parti par deux agresseurs près du centre-ville. Ils tombés à terre sous l’avalanche de coups de poing, coups de pied, et coups de manche à balai. Le couple est sorti de l’hôpital avec 6 jours d’ITT (interruption temporaire de travail) mais ils ont encore des maux de tête et l’un d’entre eux a des difficultés à utiliser son bras droit. Ils devront être suivi par les équipes médicales.

Un lynchage

C’est vers 21h que les deux garçons ont été pris à parti par leurs agresseurs : « L’histoire a débuté rue Jean-Moulin. L’un des deux agresseurs a fait des gestes obscènes (…..) Je lui ai demandé des explications, sans agressivité. (…..) on s’est fait traiter et on a pris des coups (…..) Après quelques courses, on est retourné chez nous, (…..). Une fois la voiture garée, j’ai pris un violent coup sur la tête, des coups de poing et une tentative d’étranglement par un agresseur situé derrière moi. J’ai réussi à me retourner, l’un des individus m’a demandé “Elle est où ta pute ? ” en parlant de mon compagnon. Un deuxième est arrivé et a immédiatement frappé mon compagnon qui hurlait de douleur.

agression_homo

J’ai essayé d’intervenir, mais il a pris un manche à balai et m’a frappé au visage de toutes ses forces. J’étais complètement sonné. Je suis tombé. Pendant ce temps-là, les deux agresseurs se sont déchaînés sur mon compagnon, l’un le tenant, l’autre le frappant avec une extrême violence. J’ai également été frappé sur le crâne avec le manche à balai. Et encore, j’ai réussi à éviter un deuxième coup sur la tête qui aurait pu me tuer. ».

Il semble que les deux agresseurs savaient que ce couple était gay et où ils habitaient. Ils se connaissaient de vue, sans plus. Les insultes homophobes ont été bien été soulignées lors de l’agression : « Sale pédé, tapette, elle est où ta pute ? ». L’agression à caractère homophobe semble ne faire aucun doute. Autre circonstance aggravante : l’un des garçons est d’origine marocaine et les insultes racistes se sont également accumulées aux insultes homophobes : « sale arabe ! Retourne dans ton pays ! T’es mort !  »

Un couple gay apprécié

homophobie_agressionEn attendant les cris, le voisinage a appelé la police et un voisin a pu mettre les agresseurs en fuite. D’après le journaliste d’Eure-Info qui a interrogé les témoins et le voisinage, ce couple gay est très apprécié des voisins, pour les voisins : « cela ressemblait à un lynchage, il aurait pu y avoir un mort. C’est lâche et écœurant ! Ils n’embêtent personne, qu’on leur fiche la paix ! ».

On ne sait pas encore si les agresseurs ont été arrêtés mais selon Eure-Infos, les auteurs de l’agression ont été identifiés et bien connus des services de police.

Avant les manifestations anti-mariage pour tous, le couple de garçons ne vivait pas dans la crainte mais depuis les paroles se sont déliées… et les actes également.

Pour aller plus loin : Urgence Homophobe, un guide utile : Comment faire ? Quelles démarches ? (article GAYVIKING – cliquez ici)

 

+INFOS : Ces actes devraient être sévèrement punies… mais ne nous voilons pas la face, il ne faut pas s’attendre à de lourdes peines. Les peines encourues par les agresseurs en cas d’agression physique de la sorte (sans armes à feu, ni armes blanches) sont fonction des « dommages » subis par les victimes. Tout est fonction de ce que l’on appelle l’ITT (incapacité totale de travail fixée par le médecin) : si vous avez une ITT (incapacité totale de travail) de 8 jours ou moins, l’amende sera de 750 euros. Si ITT est supérieure à 8 jours : les peines de prisons vont de 3 ans à 15 ans (amende 45.000 euros) et 20 ans en cas de viols. Dans le cas du couple gay à Evreux, l’ITT semble être de 6 jours… trop peu pour voir une lourde peine, sauf si la justice considèrent d’autres circonstances beaucoup plus aggravantes comme la volonté prouvée de mettre fin à leur vie. Par contre, les injures homophobes sont sévèrement punies avec des amendes pouvant aller jusqu’à 22.500 euros et six mois d’emprisonnement.  (guide Urgence Homophobe)

 

 

A lire également

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *