25 février 2017

L’histoire des gaypride

2805

(rédaction initiale : juin 2009 )

En juin 1969, un groupe de lesbiennes, gays et transsexuels se rebellèrent contre les forces de police venues faire une descente au Stonewall Inn, un bar gay de New York sur Christopher Street et une lutte entre forces anti-émeutes et homosexuels fit rage pendant plusieurs jours. Fortement marqués par la disparition de l’actrice Judy Garland cinq jours plus tôt et las d’être la cible constante des policiers, les clients décident de se rebeller. Des passants se joignent aux clients de l’établissement et, très vite, la foule grossit. Les policiers sont alors obligés de se barricader dans le Stonewall Inn en attendant les renforts.

Les émeutes de Stonewall sont depuis considérées comme le début de la lutte pour l’égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels.

Cet article n’a pas été rédigé entièrement par GAYVIKING mais en grande partie par la communauté gay et lesbienne présente sur la section gay de Wikipedia… et les photos issues de nombreux fonds documentaires sur le web… pour ne jamais oublier !

La première gaypride

gaypride_1970Un an plus tard, le 28 juin, les militants du Gay Liberation Front et et de la Gay Activist Alliance organisent une marche sur Christopher Street pour commémorer l’évènement. C’est ainsi que la première Gay Pride voit le jour.
A partir de cette date sera organisée, chaque année au mois de juin, une marche pour exprimer la fierté gay même si le terme de « fierté » a toujours été contesté.

Deux expressions perdurent pour parler de ces défilés : Gay Pride et « Marche des fiertés ». La seconde n’est cependant pas qu’une simple traduction de la première. Le terme Gay Pride est le plus utilisé depuis les années 1980 à travers le monde pour définir ces manifestations. Néanmoins, cette expression a vu son champ s’élargir, et définit également maintenant l’ensemble des événements précédant les défilés (surtout aux États-Unis et au Canada où une semaine entière est consacrée à la célébration de la « fierté homosexuelle »), la marche en elle-même étant appelée Gay Pride Parade.

fhar1971En France

En France, la première marche a lieu en mai 1971 alors que les homosexuels s’invitent au traditionnel défilé des syndicats du 1er mai, malgré l’opposition de la CGT pour laquelle c’est une « tradition étrangère à la classe ouvrière » (Martel, p33). C’est cette même année qu’est créé le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR), renommé en 1974 Groupe de Libération Homosexuelle (GLH). Jusqu’en 1978, les homosexuels participent chaque année à ce défilé.

Les débuts…

gaypride_paris_1981Le 25 juin 1977 est organisée à Paris la première manifestation homosexuelle indépendante, de la place de la République à la place des Fêtes, à l’appel du Mouvement de libération des femmes (MLF) et du GLH. Il y a à nouveau des manifestations en 1979 et en 1980 à l’appel du Comité d’Urgence Anti-Répression Homosexuelle (CUARH), contre « les discriminations anti-homosexuelles », avec à chaque fois environ un millier de manifestants.

C’est à partir du 4 avril 1981 que l’on considère qu’a eu lieu la première véritable marche : 10 000 personnes manifestent à l’appel du CUARH, et le candidat à l’élection présidentielle François Mitterrand s’engage, quelques jours après cette manifestation, à dépénaliser l’homosexualité en France, gaypride_paris1982engagement qu’il honorera l’année suivante.

Mais dès l’année suivante, la ferveur retombe et seuls 8 000 manifestants sont comptabilisés. S’enchaînent alors des manifestations essentiellement festives et commerciales, sans revendications politiques majeures. Chaque année, la mobilisation diminue, pour n’atteindre que quelques milliers de manifestants de 1986 à 1990. Une année fera exception quant à l’engagement politique : en 1987 gaypride_paris1985en effet, Jean-Marie Le Pen qui vient d’avoir une position discriminatoire envers les séropositifs en proposant l’instauration de sidatorium est brocardé par la manifestation qui exceptionnellement dans ces années là arrive à trouver un mot d’ordre politique pertinent. Les menaces d’interdiction pesant sur la revue Gai Pied renforceront encore la tournure politique de cette manifestation. C’est également un des premiers défilés dans lequel la lutte contre le SIDA joue un rôle : l’association Vaincre le SIDA y participe, et l’on peut y entendre des slogans comme « Nous avons été les premiers atteints et nous serons les premiers à mourir ».

Le renouveau des années 90′

gaypride_paris_1992En 1991, après une année 1990 qui n’avait vu que 1 500 manifestants défiler dans les rues de Paris, le collectif Gay Pride est formé. Réuni autour d’associations, de commerces et de journaux, son objectif est de redynamiser la manifestation. 6 000 personnes sont alors comptabilisées place de la Bastille, puis 5 000 autres en 1992 alors que la pluie est de la partie.

En 1993, la mobilisation atteint de nouveau le niveau de 1981. 10 000 manifestants défilent contre le SIDA et pour le projet de contrat de Solidarité (le contrat d’union civile).

1994 voit l’arrivée des défilés dans de nouvelles villes: alors qu’un rassemblement a lieu à Tours contre le maire de gaypride_rennes_1994l’époque, Jean Royer, qualifié d’homophobe, Rennes et Marseille connaissent leur première marche. On parle alors de Lesbian & Gay Pride et plus uniquement de Gay Pride. À Paris, Act-Up participe activement à la manifestation avec son slogan « silence=mort ». C’est en effet l’année charnière de la Gay Pride de Paris. Comme il faut à la fois répondre aux attentes des anciens militants, dont beaucoup sont morts, et satisfaire la jeunesse qui s’attend surtout à des festivités, un savant mélange doit être trouvé, ce que le collectif parvient bien à faire à partir de cette année-là.

gaypride_montpellier19951995 est clairement un tournant dans l’histoire de la Marche des fiertés : de nouvelles villes de France accueillent une marche (Toulouse, Nantes et Montpellier), la marche parisienne remporte un succès avec 80 000 manifestants et la couverture médiatique commence à être importante. Avec une lutte contre le SIDA plus forte que jamais, les homosexuels commencent à construire une véritable communauté, à l’image de ce qui peut se faire au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas depuis des années. C’est en 1995 toujours qu’est fondé le collectif Interpride France, permettant de coordonner les défilés des différentes villes de France.

En 1996, d’autres villes françaises organisent leur défilé. À Paris, 120 000 personnes défilent puis sont invitées à la soirée officielle ayant lieu à Bercy. Celle-ci est un désastre financier : l’association Lesbian and Gay Pride de Paris est déficitaire de plus d’un million de francs (environ 150 000 €). Il est alors décidé une séparation entre la marche, gérée par la société SOFIGED et les autres manifestations gérées par l’association lesbian and gay Pride de Paris.

europride_1997_parisEn 1997, Paris accueille l’EuroPride : 250 000 personnes de l’Europe entière défilent jusqu’à la place de la Bastille.

Après une plus faible affluence en 1998 (120 000 manifestants), probablement liée au téléscopage avec la tenue de la Coupe du Monde de football, la marche de 1999 mobilise : on est alors en plein débat sur le Pacte Civil de Solidarité (PACS). Les finances de l’association Lesbian and Gay Pride de Paris sont néanmoins dans le rouge, comme les deux années précédentes. L’association est alors dissoute et c’est alors une entreprise, la SOGIFED, qui prend en charge l’intégralité de la manifestation. Elle dépose alors les noms de Gay Pride et Lesbian & Gay Pride.

gaypride_paris3Le XXIième siècle

En 2001, une nouvelle association pour gérer le défilé parisien voit le jour : il s’agit de l’Inter-LGBT. Le nom Lesbian & Gay Pride étant désormais déposé, la marche s’intitule alors Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans.

De 2002 à 2006, les marches réunissent de plus en plus de monde. De nombreuses villes de province proposent des défilés et/ou des activités fin juin-début juillet, et le défilé parisien aurait atteint environ 700 000 personnes en 2009.

paris2001Gaypride ou marche des fiertés ?

Le terme « Marche des fiertés » est apparu en France en 2001 après un litige entre la nouvelle association organisant l’événement, l’Inter-LGBT, et la société précédemment responsable de l’organisation : la SOGIFED. Cette dernière avait en effet déposé le nom Lesbian & Gay Pride, et son utilisation risquait d’être sujet à conflit. Un nouveau nom fut donc choisi pour la marche parisienne, « Marche des fiertés », et c’est sous ce nom que sont maintenant appelés certains défilés français. Mais le terme est soumis à critique… pour certains : « en quoi faut-il être fier d’être gay ? ». Il faut plutôt voir un héritage du terme gaypride ou marche des fiertés plutôt que le sens strictement littéral du terme. L’important reste de revendiquer des droits, l’égalité entre homos et hétéros.

saopaulo2006Dans le monde…

Des Marches des fiertés ont lieu aujourd’hui dans le monde entier. Néanmoins, leur développement ne s’est pas fait de la même manière dans tous les endroits du globe.

Tout d’abord, certains pays ont connu des défilés au moment où l’homosexualité était encore un délit et considérée comme une maladie mentale : c’est le cas des États-Unis et de l’Europe de l’Ouest par exemple. Dans ces cas-là, l’objectif des drome2007éfilés était de faire entendre la voix d’une minorité qui se sentait oppressée, pour par exemple réclamer la dépénalisation de l’homosexualité. Une fois ces revendications obtenues, un deuxième mouvement consistant en la recherche d’égalité des droits entre hétérosexuels et homosexuels et à la lutte contre l’homophobie peut avoir lieu.

D’autres pays sont passés directement à la deuxième phase du mouvement, la première phase étant impensable compte-tenu du régime peu ou pas démocratique dans lequel ils vivaient. Ainsi, les homosexuels d’Europe de l’est n’ont pu se mobiliser qu’après la chute du bloc soviétique et alors que l’homosexualité était déjà dépénalisée.

L’ensemble des marches est coordonné par l’InterPride, une association créée en 1982 à Boston : on peut retrouver sur son site internet l’ensemble des dates des événements ayant lieu dans le monde. (plus d’infos sur les gaypride dans le monde – ici – portail Lgbt Wikipedia)

LIENS INTÉRESSANTS :

InterPride International

Association Internationale Lesbienne et Gay (ILGA)

ILGA Europe

inter-lgbt (France)

Lorrainegay.com (histoire des gaypride, photos, anciennes affiches, très bien documenté et nombreuses infos)

Portail LGBT Wikipedia

POUR ALLER PLUS LOIN :

Découvrir les photos et reportages de GAYVIKING sur les Gaypride contemporaines en France

A lire également

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *