06 décembre 2016

Homophobie à Cherbourg

agression(article publié le 16 juin 2014 – mise à jour les 17 juin 2014 et 7 juillet 2014)

SOS Homophobie a souhaité rendre publique l’agression dont a été victime Sébastien le 10 mars dernier dans le hall de son immeuble. L’agresseur présumé comparaîtra demain devant le Tribunal Correctionnel de Cherbourg. L’association SOS Homophobie s’est constituée partie civile.

Le 10 mars 2014, Sébastien était violemment agressé et insulté dans le hall d’entrée de son immeuble par son voisin. L’agression a eu lieu dans les parties communes d’un immeuble du centre de Cherbourg où résidaient les deux voisins. L’agresseur, âgé de 57 ans, proférait des injures homophobes à l’encontre de Sébastien, âgé de 37 ans, il harcelait quotidiennement Sébastien depuis deux ans. Le matin du 10 mars, ce dernier a été violemment frappé par son voisin ; il recevra 10 jours d’ITT (interruption temporaire de travail).

Harcèlement depuis 2 ans

Placé en garde à vue, l’homme mis en cause a reconnu les injures et partiellement les violences commises sur son voisin. Il a été placé en garde à vue et est poursuivi pour injures à caractère homophobe et violences volontaires aggravées.

L’agresseur présumé comparaît demain 17 juin devant le tribunal correctionnel de Cherbourg. SOS homophobie s’est constituée partie civile dans ce procès. L’association sera représentée par Maître Delphine MANUEL LAURIANO, avocate au barreau de Caen. L’agresseur peut encourir 3 ans de prison avec une amende.

SOS homophobie déclare « souhaité accompagner Sébastien qui a décidé de rendre publique son agression et de la porter devant la justice : cette agression, faisant suite à une longue période de harcèlement et d’injures homophobes, n’est malheureusement pas isolée ; en 2013, SOS homophobie a recensé 130 cas d’homophobie de voisinage. De tels actes rendent extrêmement difficile la vie quotidienne des personnes LGBT qui en sont victimes. »

logo_petitsos_homophobie1SOS homophobie partie civile

« SOS homophobie réaffirme son soutien actif à toutes les victimes de lesbophobie, de gayphobie, de biphobie et de transphobie. En plus de sa ligne d’écoute anonyme ouverte tous les jours et du soutien juridique personnalisé qu’elle propose, notre association agit aussi en amont pour prévenir les paroles et les actes homophobes, biphobes et transphobes. Nos bénévoles sont notamment mobilisé-e-s auprès des jeunes, pour construire avec elles et eux une société dans laquelle chacune et chacun trouverait sa place. Ainsi, en 2013, ce sont plus de 15 000 collégien-ne-s et lycéen-ne-s qui ont été sensibilisé-e-s à la lutte contre les violences et discriminations par des intervenant-e-s de SOS homophobie. »

Mise à jour le 17 juin 2014 : les parties ont comparu ce jour devant le tribunal correctionnel de Cherbourg. Le prévenu même s’il reconnaît ses gestes et ses paroles s’est défendu d’être homophobe « ayant une fille lesbienne« . Son avocat a déclaré qu’il s’agissait d’un acharnement procédural de la victime. De son côté, les avocats de Sébastien ont précisé qu’il vivait un enfer depuis 2 ans (Coups de poing dans les murs, télévision ou musique au volume sonore très élevé, insultes, préservatifs retrouvés dans sa boîte aux lettres, jusqu’à l’agression physique du 10 mars…). La défense de l’agresseur, tout en voulant déplacé le litige sur les problèmes personnels de Sébastien avec son bailleur, a demandé la relaxe faute de témoin oculaire.  SOS Homophobie, partie civile au procès, a précisé qu’il ne fallait pas banaliser les paroles homophobes. Le parquet a requis 6 mois de prison assortis d’un sursis et d’une mise à l’épreuve, avec obligation de soins pendant 18 mois. La décision sera rendue le 1er juillet. (source d’info : Tendance Ouest Nord Cotentin)

Mise à jour le 7 juillet 2014 : le tribunal correctionnel de Cherbourg a rendu sa décision. L’agresseur, âgé de 57 ans, a été condamné à deux mois de prison avec sursis pour les violences physiques ainsi que 150 euros d’amendes pour injures et 800 euros d’indemnisation pour la victime. A noter que le caractère homophobe de l’agression a été reconnu par le tribunal, chose plutôt rare dans un tel cas où les injures n’étaient pas publiques. Enfin, le condamné devra payer un euro symbolique aux deux associations qui ont aidé Sébastien dans sa démarche en se constituant partie civile (La Ligue des Droits de l’Homme et SOS Homophobie).

 

Interview de Sébastien réalisée par Tendance Ouest Nord Cotentin   :

 

Interview de SOS Homophobie réalisée par Tendance Ouest Nord Cotentin :

 

A suivre…

(photo : à titre d’illustration)

Pour aller plus loin…

site web de SOS Homophobie (à l’origine de cette info) (cliquez ici)

Agression homophobe : que faire ? – article GAYVIKING (cliquez ici)

Délégation régionale de SOS Homophobie Basse-Normandie : sos-caen@sos-homophobie.org

 

A lire également

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *