11 décembre 2016

Homophobie d’une chambre d’hôtes

yagg1(article publié le 18/11/2013)

C’est le magazine Yagg.com qui nous relate l’affaire. Cela se passe en Normandie où les propriétaires d’un moulin faisant office de chambre d’hôte refuse d’accueillir un couple de femmes.

Emma et Camille, ensemble depuis 10 ans, se marieront en 2014. Elles ont participé aux manifestations pour l’égalité en faveur du mariage pour tous. Elles voulaient organiser les festivités de leur mariage dans ce moulin-chambre d’hôte en Normandie, souvenirs de vacances pour Emma.

Au début, tout se passe sans accroche mais quand les propriétaires comprennent qu’il s’agit du mariage entre deux femmes, ils annulent l’organisation : « Vous faites bien de le préciser parce qu’on a participé à toutes les manifestations contre ce projet de loi ». Selon le couple et Yagg le propriétaire « parle alors de procréation médicalement assistée et de mariage devant Dieu, le seul à avoir de la valeur à ses yeux. Malgré les arguments avancés par Emma sur l’amour qu’elle démontre au quotidien à sa compagne depuis une décennie, le propriétaire du moulin est implacable. »

Camille et Emma auraient très bien pu attaquer en justice le propriétaire du Moulin mais il aurait été très difficile voir impossible d’en apporter la preuve. Aucun enregistrement n’a été réalisé et le contrat n’avait pas encore été signé. Bien que des internautes sur le site de Yagg et Facebook demandent à ce que le nom de la Chambre d’hôte soit révélée, il est impossible de le faire sans risquer une attaque en règle de la chambre d’hôte pour diffamation. Prouver en justice l’homophobie n’est jamais évident.

Cela n’a pas empêché à Camille et Emma de trouver un autre lieu pour leur mariage.
Emma et Camille ont souhaité témoigner pour « expliquer qu’aujourd’hui, même si le mariage est légal, nous sommes toujours victimes de discriminations ».

Le combat pour l’égalité des droits et la reconnaissance des différences n’est toujours pas terminé.

 

Pour aller plus loin

Lire l’article développé par le magazine YAGG.com (cliquez ici)
(photo Yagg.com : Emma et Camille)

 

Rappel de la législation

Article 225-1 à 225-4 du Code pénal : le refus d’un service ou d’une chambre par un hôtelier à un couple gay ou lesbien en raison de leur homosexualité est puni de 3 ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende. Il est intéressant de noter que depuis 2006, la loi a ouvert la possibilité de faire du « testing » en vue de prouver une infraction par tout moyen (par exemple : filmer une situation de discrimination).

A lire également

un commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *