22 septembre 2017

Interview : bienvenue chez nous, hôtel Andersen

moitie_gaynormandie

(article publié en octobre 2010)

C’est une maison du 19ième près de la Gare à Rouen. C’est un hôtel très intime. C’est une rencontre entre Benjamin et Christophe, deux trentenaires.

Une aventure qui a commencé il y a 11 ans… Ils ont tout plaqué pour nous faire partager leur « chez soi« . Leur amour de la clientèle est indéniable. On s’y sent bien. Ici, vous ne serez pas gênés pour demander un grand lit pour deux garçons. Rencontre avec Benjamin et Christophe : leur histoire, leur affaire, le contact avec le public gay… Bienvenue chez nous..

GAYVIKING : Cela fait longtemps que vous êtes ensemble ?

Benjamin : ça fera bientôt 11 ans que nous nous sommes rencontrés et que nous vivons ensemble.

Christophe : on s’est rencontré dans un bar gay de Paris. Comme quoi, on fait de très belle rencontre…

andersen6GAYVIKING : Quel est votre parcours à tous les deux ?

Benjamin : je suis originaire du Havre, puis je suis parti vivre à Paris pour rejoindre Christophe, et enfin nous voici sur Rouen. Au niveau professionnel, j’ai un parcours très diversifié, mais toujours tourné vers les autres.

Christophe : et moi, je suis Carolomacérien (Charleville-Mézières, ndlr). Étude de Psychologie à la Faculté de Reims puis Parisien pour le boulot et maintenant Rouennais d’adoption…

GAYVIKING : Comment vous est venue l’idée de mettre en place votre affaire ? Qui a convaincu l’autre ?

Benjamin : très rapidement, après notre rencontre, nous avons toujours eu le souhait d’avoir une affaire à nous. Ne restait plus qu’à savoir quoi… puis une opportunité s’est présentée à nous et ce fut une évidence… Christophe aimant la déco et le bricolage, il pouvait pleinement s’épanouir dans un hôtel, et pour ma part aimant l’accueil et la relation avec l’autre, j’aurais forcément ma place… l’hôtel nous a permis de trouver un lieu ou chacun s’épanouisse… ni l’un, ni l’autre, ne nous sommes convaincus… il ne rester plus qu’à quitter notre travail respectif, et partir dans cette grande aventure, c’était il y a trois ans…

andersen9GAYVIKING : Cela a été facile de monter votre affaire notamment en terme de démarche ou le voisinage ?

Christophe :le plus dur a été de trouver un établissement correspondant à notre projet. J’entends par là que, nous ne désirions pas un établissement «classique ». Notre recherche s’orientait plus sur un hôtel atypique… on voulait qu’il soit à mi-chemin entre la maison d’hôtes avec une décoration soignée mais avec la capacité d’hébergement d’un hôtel. Bref, un hôtel de caractère à un tarif raisonnable.

GAYVIKING :Comment faites-vous pour dynamiser l’attrait de votre hôtel, un secret ?

Benjamin : nous n’avons pas de secret… nous restons nous même, accueillons au mieux nos clients… la particularité de notre hôtel au dire de nos clients, est qu’ils s’y sentent à l’aise, comme chez eux… je dirais qu’on se trouve entre la chambre d’hôte et l’hôtel…

Christophe : exactement ! On cherchait un établissement différent de l’hôtellerie « classique » afin d’offrir un accueil différent, une ambiance différente. Plus en adéquation avec notre vision de ce métier. On va dire qu’on a la fraicheur de notre insouciance…

andersen4GAYVIKING : Même si vos clients ne se déclarent pas gay ou lesbienne quand ils débarquent chez vous, d’après vous, quel est le pourcentage de clientèle LGBT à l’Andersen ?

Benjamin : il est vrai que notre clientèle est principalement une clientèle dite «business» et qu’elle ne s’identifie que très rarement (la transparence vis-à-vis de leur travail est primordiale), en ce qui concerne la clientèle dite «touristique» elle s’identifie d’elle-même très rapidement et l’on sent les échanges beaucoup plus faciles… je pense que notre clientèle LGBT doit être environs 10 à 15%

Christophe :qu’elle soit « d’affaire » ou de « tourisme » j’aime cette complicité, cet échange qu’il y a avec nos clients « gays ». Je ne saurais l’expliquer…c’est pas du favoritisme, non… on va dire que c’est communautaire ? ^^

GAYVIKING : Vous n’arborez pas le rainbow flag sur la façade de l’hôtel mais votre établissement est tout de même « catalogué » : « gay / gayfriendly ». Comment considérez-vous cette étiquette ?

Benjamin : c’est un choix, en effet nous nous sommes posés la question, notre clientèle étant principalement «business », nous avons constaté que c’était bien souvent les secrétaires qui effectuaient les réservations, et nous avons pensé qu’il était important de préserver la vie privée de nos clients LGBT aux yeux de leur milieu professionnel, ainsi, un client LGBT pourra nous trouver sur divers sites dédiés LGBT (dont le tiens) et demander en toute transparence à sa secrétaire ou au service de réservation, une réservation dans notre établissement (une secrétaire ou un service un peu trop curieux pourra se rendre sur notre site mais ne remarquera jamais que notre établissement est tenus par 2 garçons).
Pour rappel, notre établissement n’étant fréquenté que part 10 ou 15% de LGBT, il n’est pas « exclusivement » LGBT a proprement dit. Ceci dit, étant un couple gay nous-même, nous souhaitons que la clientèle LGBT se sente à l’aise en venant chez nous, sans avoir à se poser de questions.

Christophe : des changements s’opèrent dans notre société. Les mentalités évoluent, c’est un fait. Mais pas encore au point d’être complètement accepté que se soit au niveau professionnel, familiale…

andersen7GAYVIKING : Quelles sont vos meilleurs moments ?

Christophe : quant les clients nous remercient pour l’accueil, pour l’ambiance, la déco…

C’est gratifiant et c’est précieux quant vous bossez 15/16 heures par jour…

GAYVIKING : Quelles sont vos pires moments ?

Christophe : c’est vrai que l’on a une image faussée de la profession… Beaucoup de personnes pensent que notre métier consiste à attendre toute la journée à la réception et à donner les clefs des chambres…
Alors une autre facette, en autre de notre métier, est d’être réactif. Il faut être très réactif. Je ne compte plus les fuites d’eau, éclairages hs, chasse d’eau cassée, serrures bloquées… la routine quoi !
Pires moments ? Une tentative de suicide… là, c’était hard. Une cliente aussi qui s’est fracturée le genou prêt de l’hôtel et qui pensait que ca irait mieux en se couchant…

Benjamin :les clients qui n’ont pas les moyens de leurs prétentions… notre établissement n’est pas un 3étoiles, ni un palace, donc certaines exigences sont inappropriées, et l’on doit donc faire face à des mécontentements non justifiés… heureusement cette clientèle reste rare…

andersen5GAYVIKING : Vous n’êtes que deux à gérer votre hôtel, comment arrivez-vous à concilier votre vie personnel de votre vie professionnelle ?

Benjamin : ce fut très dur au début de notre aventure, et notre vie personnelle était très restreinte… je ne dirais d’ailleurs pas de vie personnelle, car nous vivons à l’hôtel, donc nous sommes toujours ensemble, le plus dur été la vie sociale à l’extérieure…
Elle l’est toujours dure encore aujourd’hui, mais c’est un choix… nous ne pouvons pas sortir ensemble, les restaurants où les w-e sont très rares à 2, (car l’un de nous doit en permanence rester à l’hôtel pour des raisons de sécurité)… nos amis, ont donc pris l’habitude de nous voir séparément… c’est plus compliqué à expliquer aux personnes que nous pouvons rencontrer, ce qui amène à des quiproquos souvent drôles et anecdotiques (ex : ça y est, ils ne sont plus ensemble… mais comment accepte-t-il que son copain sorte seul… il dit être en couple, mais j’ai jamais vu son copain…) ça me fait sourire, et m’amuse, j’en joue peut être même un peu de temps en temps… le plus dur pour moi reste les vacances, car nous ne pouvons pas les prendre ensemble, et ça j’avoue que j’ai beaucoup de mal.

Christophe : Écoute, compréhension, adaptation…
Quant vous bossez et vivez ensemble 24h sur 24h vous devez faire tout cela et même plus…
Je suis quelqu’un de plutôt solitaire… alors, oui c’est compliqué mais pas impossible. Même si, pour ma part, j’ai besoin de mes vacances en solo pour me ressourcer.

andersen_bisGAYVIKING : Comment trouvez-vous la vie gay à Rouen ?

Benjamin : j’ai travaillé dans le milieu gay, ce que je peux dire, c’est qu’il a changé, mais il reste indispensable à mes yeux. L’apparence devient plus important que le moment passé, ou les délires que nous pouvions avoir… néanmoins, je ne pourrais pas me passer du milieu Gay, il m’a aidé à me découvrir, à m’accepter… il faut juste faire attention, et ne prendre que le bon côté des choses, laisser le reste, et savoir garder ses distances… quelque part, nous faisons aussi parti du milieu même si le rainbow flag ne trône pas à l’accueil de l’hôtel…

Christophe : on a perdu quelques établissements sur Rouen et c’est toujours dommageable… maintenant, il y a toujours, fort heureusement, une offre pléthore. Même si on vous dira que l’on en aimerait toujours plus…
La vie gay à Rouen me plaît et m’amuse…

GAYVIKING : Des projets pour l’avenir ?

Benjamin : des travaux pour l’hôtel… quand on pourra financièrement se le permettre, prendre des vacances ensemble…

Christophe : encore et toujours des travaux… Dans votre appartement ou votre maison, vous savez que lorsque vous aurez finis de tout refaire vous pourrez recommencer depuis le début ?! Et bien, un hôtel c’est pareil….sans fin.

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN…

HOTEL ANDERSEN  – Adresse : Hôtel ANDERSEN – 4, rue Pouchet 76000 ROUEN (près de la gare sncf rive droite) – attention, l’hôtel Andersen est définitivement fermé depuis le 10 décembre 2015.

Voir la page de GAYVIKING sur cet hôtel (cliquez ici)

A lire également