04 décembre 2016

Le Milk, nouveau bar gayfriendly à Rouen

milk-rouen-gayviking1(article publié le 29 janvier 2015)

À GAYVIKING on est toujours réticent quand on reçoit un mail d’un patron de bar pour être référencé et pour nous dire qu’il est gayfriendly en ajoutant qu’il accepte tout le monde. On aime retoquer : « encore heureux que vous acceptez tout le monde ! ». Il n’y a pas beaucoup de bar que l’on aime bien qualifier de gayfriendly. Pour nous, c’est plus qu’un état d’esprit, c’est un véritable soutien aux personnes LGBT, un échange. Avec le Milk, c’est tout à fait ça. Gregg et Tristan ont décidé de reprendre le fameux bar Scopitone dans le centre historique de Rouen. Ouverture prévue le 5 février prochain. Rencontre…

 

GAYVIKING : Quel est votre parcours à tous les deux ?

Gregg : Bonjour Fred ! A vrai dire, notre parcours est assez atypique. Après avoir enchainé les petits boulots dans notre jeunesse (notamment dans le monde de la nuit), notre passion commune pour l’informatique nous a logiquement poussés vers internet. J’étais à l’époque employé dans une agence parisienne et Tristan était mon concurrent direct. Quand il a appris mon départ, il m’a proposé une association et, connaissant la qualité de son travail, j’ai logiquement accepté. C’était il y a maintenant 10 ans et notre agence est aujourd’hui toujours en activité.

Tristan : Salut Fred ! Je ne vais pas rajouter une tartine à ce que mon associé préféré vient de résumer à merveille. Je précise simplement que lui et moi sommes tous deux nés à Rouen. Mais à la différence de Gregg, je n’y ai pas toujours vécu : j’ai passé mon enfance dans le sud de la France et vécu une dizaine d’années à Paris. Et je ne suis pas peu fier de finalement m’installer pour de bon dans la ville qui m’a vu naître !

 

milk-rouen-gayviking2GAYVIKING : Vous êtes ensemble ?

Gregg : On nous a souvent posé la question et, contrairement à ce que certains ont pu croire, il ne s’est jamais rien passé entre nous. C’était une association professionnelle avant tout qui s’est transformée en amitié avec le temps, rien de plus.

Tristan : Entre Gregg et moi règne une confiance absolue. Cette solidité de notre partenariat a notamment été rendue possible car nous ne mélangeons pas le sexe et le travail. Une de nos règles d’or est en effet : « no zob in job » !

 

GAYVIKING : Pourquoi avoir choisi d’ouvrir un bar et aussi pourquoi ici ?

Gregg : Cela faisait un moment que nous voulions reprendre un établissement dans la région. En apprenant la vente du Scopitone (bar que nous fréquentions très régulièrement), nous nous sommes dit qu’il s’agissait de l’endroit idéal. C’est un établissement à taille humaine et chaleureux. De plus, c’est un endroit multiculturel avec une forte identité et ou la tolérance est de mise. Il n’en fallait pas plus pour arrêter notre choix sur le Scopitone.

Tristan : Nous avons travaillé pendant 10 ans assis devant un écran. Reprendre un bar est pour nous l’occasion de mener une vie radicalement différente de celle que nous avons eue jusqu’ici ! Le scopitone était l’endroit parfait : une belle terrasse lumineuse dans une rue piétonne agréable, et une clientèle déjà gay-friendly.

 

GAYVIKING : Pour vous que signifie un bar gayfriendly ? Y’aura t’il des soirées spéciales ?

Gregg : Ce que nous voulons avant tout, c’est qu’un couple gay ou lesbien se sente bien chez nous et qu’ils puissent s’aimer en toute tranquillité sans être montré du doigt. Nous sommes tous les deux gays et nous savons que, de nos jours, certains établissements voient encore d’un très mauvais œil deux garçons qui s’embrassent… Après, nous ne sommes pas non plus pour la « ghettoïsation » et je rêve de faire du Milk un endroit ou tous le monde s’apprécie tel qu’il est, peut importe sa religion, sa sexualité ou sa couleur de peau. A bien y réfléchir, c’est un peu ce qu’avait réussi à faire Dorothée du Scopitone et nous aimerions continuer dans ce sens.

Tristan : Je n’ai rien à ajouter concernant la définition du gay-friendly : les gays seront les bienvenus, même si la clientèle restera sans doute majoritairement hétéro. En ce qui concerne les soirées spéciales, on peut déjà dévoiler que le vendredi vous pourrez « bouger vos cheveux » et que certains après-midi auront pour thème « pousse mémère » et donc un ton… plutôt décalé ! L’ensemble des soirées sera annoncé dans l’agenda disponible sur le site internet (au passage, vous y trouverez également des mix inédits réalisés par des DJ locaux).

 

milk-filleGAYVIKING : Êtes-vous militant LGBT ?

Gregg : Je n’ai jamais vraiment accroché à l’idée de défendre une cause plutôt qu’une autre, surtout quand celle-ci nous concerne directement.

Tristan : Contrairement à Gregg, je me définirais plutôt comme militant. En effet, la discrimination à l’égard des personnes LGBT me révolte et ce, depuis toujours. En tant que gay, le fait que notre établissement soit gay-friendly me parait aller de soi.

 

GAYVIKING : De façon générale comment pourriez-vous définir votre établissement ? Qu’allez-vous nous réserver ?

Gregg : Le Milk est avant tout un endroit qui se veut chaleureux, ou l’on vient boire un verre avec ses potes sans se poser la question de savoir si votre tenue vestimentaire est à la mode. Nous ne sommes pas un bar a princesses (nous détestons le m’as-tu vu), mais nous espérons qu’il deviendra un lieu propice aux rencontres et à la fête en général. Notre but n’est pas de révolutionner le monde de la nuit, nous voulons simplement créer un lieu d’échange ou l’on se sent bien et où on revient avec plaisir partager de bons moments entre amis.

Tristan : J’ai fréquenté pendant des années les bars de la Côte d’Azur où on se la pète, puis les bars de Paris où personne ne se connait… Le Milk sera tout l’inverse ! Rouen est la ville idéale pour créer une ambiance conviviale et toute simplicité. Et si on peut lui apporter un côté un peu sexy qui lui manque parfois, c’est encore mieux !

 

milk-rouen-gayviking3GAYVIKING : Quel regard pourriez-vous porter sur la vie gay à Rouen et sur la vie nocturne dans la ville en général ?

Gregg : La vie gay de Rouen est devenue calme… peut être un peu trop ! J’ai connu la ville (et sa vie nocturne) bien plus animée qu’aujourd’hui (notamment à l’époque du Traxx). Pour moi, il manque une bonne boite de nuit électro (mais il en faut pour tous les goûts :))

Tristan : A Rouen, la vie gay est assez pauvre, pour ne pas dire inexistante. Avant 23h, les touristes LGBT ne savent pas où aller. Et finalement, les gays Rouennais sortent assez peu eux-aussi, car les établissements existants ne séduisent qu’une clientèle restreinte. Il manque à Rouen des lieux dans lesquels les gays et lesbiennes qui n’ont pas forcément 20 ans, ou qui ne sont pas forcément célibataires, peuvent se retrouver dans une ambiance conviviale et bon enfant, sans se sentir pour autant « dans le milieu gay ».

 

GAYVIKING : Un dernier mot à ajouter ?

Gregg : Nous étudions la possibilité d’ouvrir l’après-midi, ce qui serait une grande première pour un endroit gayfriendly à Rouen.

Tristan : Tout ce que nous espérons, c’est que les Rouennais et les Rouennaises LGBT viennent découvrir le MILK et ce que nous avons à leur proposer. Qu’ils se réjouissent : un nouveau bar gay-friendly, ça va faire du bien à Rouen !

 

milk-rouen-gayviking4HORAIRES & INFOS

Ouvert du mercredi au dimanche de 18h à 2h.  (inauguration les 5, 6 et 7 février chaque jour de 18h à 2h) – Happy hour de 18h à 20h

Site internet du Milk (cliquez ici) – Page Facebook du Milk (cliquez ici)

De nombreuses soirées à thème : « pousse mémère », « bouge tes cheveux »,…, « Disco Fever » tous les jeudis, …

 

ADRESSE & PLAN

1 bis du père Adam à Rouen (rive droite en allant de l’hôtel de ville vers la Seine), voir plan.

 

A lire également

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *