19 novembre 2017

Législatives 2012 : Céline Brulin

(article publié le 7 juin 2012)

Les associations LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuel(le)s et Transexuel(le)s) des deux régions Normandes ont décidé de se regrouper dans un collectif unitaire afin d’interroger les candidats et candidates sur les questions relatives à l’égalité des droits et à l’homophobie. Chaque candidat(e)s a reçu les mêmes questions. Voici les réponses de Céline Brulin, candidate du Front de Gauche dans la 9ième circonscription de la Seine-Maritime (Bolbec / St Romain de Colbosc / Fécamp). 

 EGALITÉ DES DROITS

# Etes-vous favorable au mariage civil entre personnes de même sexe? Et si oui, quand comptez-vous le mettre en application ?

line Brulin : Je suis favorable au mariage civil entre personne de même sexe. Il faut désormais penser avant tout le mariage comme une union ayant pour but une solidarité réciproque et reposant sur une affection partagée. Cette décision doit faire partie des questions à traiter dans la première partie de la législature.

# Etes-vous favorable à ce que le PACS offre les mêmes droits que le mariage civil (pension de réversion, droit au titre de séjour, enregistrement en mairie) ?

Céline Brulin : Le programme du Front de Gauche « l’Humain d’abord » propose une loi pour l’égalité visant à éradiquer toute discrimination. Nous entendons renforcer les droits du PACS.

# On évalue entre 30 000 et 350 000, selon les modes de comptabilisation, le nombre d’enfants élevés dans des familles homoparentales. Permettrez vous l’adoption d’un enfant par le compagnon de son père ou la compagne de sa mère ? Ouvrirez-vous l’adoption aux couples homosexuels ? Si oui, sous quelles conditions ? Si non, ne trouvez-vous pas problématique que dans le cas d’un enfant élevé par sa mère biologique et la compagne de sa mère (cas d’une PMA effectuée à l’étranger par exemple), cet enfant soit moins bien protégé sous prétexte qu’il grandit dans une famille homoparentale ?

Céline Brulin :L’adoption par le compagnon du père ou la compagne de la mère semble également légitime si telle est la volonté du couple, et bien évidemment l’adoption par un couple homosexuel doit être permise, dans la garantie des droits de l’enfant, sans blocage administratif.

# Ouvrirez-vous la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, sans discrimination ?

Céline Brulin : Nous entendons reconnaître l’accès à la procréation médicalement assistée des femmes lesbiennes.

Si oui, êtes-vous également favorable à l’autorisation en France de la GPA ?

Céline Brulin : Pour ce qui concerne la Gestation (ou Procréation) pour Autrui (GPA), je suis réservée. Mais je reste ouverte au débat afin de disposer de tous les éléments pour me faire une opinion plus précise.

LUTTE CONTRE L’HOMOPHOBIE

# La lutte contre les discriminations doit aussi être soutenue par les pouvoirs publics chargés de l’éducation et de la formation. Que comptez-vous mettre en œuvre pour faire reculer les préjugés et les discriminations relatifs à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre dans les collèges et lycées ?

Céline Brulin : La lutte contre l’homophobie passe avant tout par une connaissance de l’autre, par une éducation des enfants dès le plus jeune âge. S’il faut un système de répression de l’homophobie, inscrit dans le code pénal, c’est également en éduquant dès le plus jeune âge les enfants que l’on fera reculer les préjugés et les discriminations sexuelles.

# La prise en compte des violences faites aux LGBT n’est réellement efficace que si l’on est formé aux réalités des vies des personnes LGBT. Comment comptez-vous améliorer l’accès, l’accueil et le dépôt de plaintes des personnes victimes d’homophobie et de transphobie au niveau des services de police ?

Céline Brulin : Bien évidemment, les plaintes déposées par les personnes victimes d’homophobie doivent être reçues par les services de police et être instruites comme doivent l’être toute plainte.

# Le renforcement de l’arsenal législatif est important et nécessaire dans la lutte contre l’homophobie. Quels moyens mettrez-vous en place dans ce domaine ?

Céline Brulin : (pas de réponse)

# Quels moyens supplémentaires donnerez-vous en matière de santé publique concernant la population homosexuelle (suicides, lutte contre les IST, personnes âgées LGBT dans les structures…) ?

Céline Brulin : (pas de réponse)

DON DU SANG

# Mettrez-vous fin à l’exclusion des homo/bisexuels du don du sang ?

Céline Brulin: En matière don du sang, le seul critère valide est à mon sens celui de la « qualité » du produit sanguin. Partant de cela, je propose de mettre fin à l’exclusion des homo/bisexuels du don du sang.

RECONNAISSANCE DU GENRE ET DE L’IDENTITÉ

# Procéderez-vous à l’alignement des textes législatifs et réglementaires pour qu’y figure « l’identité de genre », au même titre que l’orientation sexuelle, parmi les motifs de discrimination condamnés ?

Céline Brulin : A partir du moment où l’action sur le genre est une décision personnelle, après réflexion avec des médecins, des psychologues … du fait du caractère irréversible, elle doit être reconnue comme telle, comme un acte individuel. Ainsi, la modification de l’identité de la personne doit se faire légalement et normalement.

# Permettrez-vous aux personnes trans qui souhaitent s’engager dans un parcours médical de transition de bénéficier de soins de qualité remboursés et de choisir librement leurs médecins ?

Céline Brulin : (pas de réponse)

RECONNAISSANCE DE LA DÉPORTATION HOMOSEXUELLE

# En tant qu’élu local, êtes-vous prêt à vous engager auprès des associations pour que la communauté homosexuelle ait toute sa place, au même titre que les autre communautés, lors des cérémonies du souvenir de la déportation ?

Céline Brulin : Lors de la 2ème guerre mondiale, les premiers déportés étaient les communistes, mais aussi les juifs et les homosexuels qui n’étaient aucunement des humains aux yeux de la dictature fasciste … Nous nous réjouissons que la déportation pour raison d’homosexualité soit reconnue comme un fait historique et qu’à ce titre, il soit rendu hommage aux victimes. Je suis favorable à ce que le devoir de mémoire et les commémorations s’exercent à l’endroit des personnes homosexuelles. Pour autant le concept de « communauté » est-il pertinent ? Des homosexuels, eux-mêmes, le rejettent.

DÉFENSE DES DROITS HUMAINS DES PERSONNES HOMOSEXUELLES ET TRANS PERSÉCUTÉES

# Etendrez-vous les conditions du droit d’asile aux personnes persécutées en raison de leur orientation sexuelle, réelle ou supposée, ou de leur identité de genre ?

Céline Brulin : D’une manière générale, nous nous prononçons contre la peine de mort, quel que soit le pays. Le fait d’homosexualité n’est en aucun cas un délit, aucune peine ne doit être appliquée pour homosexualité.

# Militerez-vous auprès du gouvernement français pour qu’il exerce un lobbying pour l’abrogation des législations pénalisant l’homosexualité et la trans-identité dans ces 76 pays ? Si oui, sous quelles formes ?

Céline Brulin : Au niveau européen, la France, et nous pousserons dans ce sens, doit faire inscrire dans les traités et accords l’interdiction de toute pénalisation de l’homosexualité et nous pèserons au niveau mondial pour que l’ONU, par exemple, prenne des résolutions allant dans le même sens, tout en insistant pour que ces résolutions soient réellement appliquées. La France des « droit de l’Homme », avec sa déclinaison « Terre d’asile », est mondialement reconnue et se doit d’accueillir sur son territoire les personnes persécutées en raison de leurs orientations sexuelles.

 

A lire également

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *