17 novembre 2017

Mobilisation de lycéens face à un tract anti-mariage pour tous dans la Manche

(article publié le 8 janvier 2013 – Fred)

Les élèves d’un établissement catholique d’Agneaux (près de Saint-Lô dans la Manche – Basse Normandie) ont reçu, avec leur bulletin de notes, un communiqué de l’Association de parents d’élèves de l’enseignement libre (Apel), qui condamne le mariage pour tous, rapportait Ouest France. Des élèves ont créé une page Facebook « contre le mariage triste » pour dénoncer le procédé. Au 8 janvier au soir, près de 2000 internautes avaient cliqués sur « J’aime » cette page (action). Une mobilisation étonnante.

Dans sa lettre, l’Apel, qui revendique près de 850.000 familles adhérentes, dit craindre une « rupture de civilisation«  si la loi venait à passer. L’association affirme : « Jusqu’à preuve du contraire, on n’a pas trouvé mieux pour élever un enfant qu’un couple formé d’un père et d’une mère qui s’aiment, et qui s’engagent dans la vie commune pour le bien de l’enfant« . Interrogée par l’AFP, la présidente de l’Apel de Saint-Lô Pierrette Pousset s’est défendue de tout prosélytisme. Elle a souligné qu’il était «classique» que les communiqués nationaux de l’association soient envoyés avec les relevés de note, ce qu’a confirmé l’association au niveau national sans pouvoir préciser si ce communiqué avait été envoyé par d’autres établissements. Renseignement pris, apparemment, aucun autre département n’a envoyé ce communiqué aux élèves, il s’agirait bien d’une initiative locale isolée.

(lire la lettre de l’APEL – format .pdf – cliquez ici)

Une rupture de civilisation ?

Selon l’AFP, « le professeur d’anglais de l’élève, Sophie Pradat, qui enseigne depuis 24 ans à Agneaux et y a scolarisé ses trois enfants, s’est pour sa part dite « révoltée en tant que mère » et a affirmé que le texte ainsi que le fait qu’il ait été envoyé avec les notes a choqué nombre d’élèves, parents d’élèves et professeurs de l’établissement. Pour moi on prive les homosexuels du droit au mariage comme on privait les Noirs que défendait Martin Luther King d’avoir les même droits que les Blancs, a ajouté cette enseignante athée. »

Le syndicat enseignants FSU du département de la Manche considère cette manœuvre inadmissible et de prosélytisme de la part de l’APEL tout comme les dirigeant de l’établissement scolaire qui s’est montré complice de tels agissements. Le syndicat réaffirme la neutralité de l’enseignement qu’il soit privé ou public.

Réflexion engagée par les évêques de France…

Le directeur de l’Institut, Laurent Lechapelays, ne semble pas avoir compris la portée de son geste. Il a fait paraître un communiqué précisant : « Ma démarche personnelle, consciente et assumée, s’inscrit dans la réflexion engagée par les évêques de France….En conclusion, et malgré ce tapage, il s’agit pour moi de demeurer un artisan de paix, dans le respect des consciences et soucieux d’entretenir le dialogue nécessaire. »

Il ne faut donc pas s’étonner que le Ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, ait demandé aux recteurs des académies « la plus grande vigilance » au sujet des débats autour du mariage pour tous dans les établissements privés notamment catholiques. Pour rappel, il avait qualifié de faute la lettre du secrétaire de l’enseignement catholique prônant la mise en place de débat.

Il faut saluer cette riposte de la part des lycéens.

Reportage France 3 Normandie :

Pour aller plus loin…

voir article Ouest-France (cliquez ici)

voir article TETU.com (cliquez ici)

voir page Facebook (cliquez ici)

(photo AFP)

A lire également

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *