Normandie : création d’un groupe d’entraide transgenre et intersexe

Article publié le 30 septembre 2018

Un petit nouveau dans le paysage associatif normand : GETIN. A destination des personnes transgenres et intersexes, c’est un groupe de soutien et d’entraide sur la région Normandie. A l’origine, il s’agissait de simples réunions entre connaissances qu’elles soient membres d’association ou pas. Avec le temps, le groupe s’agrandit, les besoins se structurent. Quelques mois plus tard, une association est en devenir. Ce groupe agit comme un phare pour le public transgenre et intersexe en quête de réconfort, sans rapport avec l’orientation sexuelle. Rencontre avec les membres de cette nouvelle structure et notamment Marion, Yaya, Léa, Cassandre et Flo…

Normandie : création d’un groupe d’entraide transgenre et intersexe

GAYVIKING : Pourquoi avoir créé une nouvelle structure transgenre sur Rouen ?

Marion : A ce jour, il existe plusieurs associations LGBTI en Normandie et notamment sur Rouen et son agglomération mais il n’existe pas de structure dédiée spécifiquement à la transidentité et l’intersexuation. Nous avons eu la volonté de créer et se consacrer à une structure réservée exclusivement aux personnes concernées, leurs familles et proches.

Yaya : Transgenre et Intersexe. Je ne sais pas pour les autres mais mon espoir dans notre structure c’est que chacun.e, trans au sens large, (binaire, non binaire, fluide…,) inter et allié.e.s puissent trouver un point d’accueil et d’écoute, partager des moments de convivialité, être soi, entier, échanger entre pairs.

Ce groupe s’adresse également aux personnes intersexes. Pouvez-vous expliquer aux lecteurs les personnes concernées ?

Yaya : Le plus simple est de reprendre un extrait de la Charte du Collectif Intersexes et Allié.e.s« Nous définissons l’intersexuation selon deux définitions non contradictoires et non nécessairement cumulatives : les personnes intersexes sont nées avec des caractères sexuels (génitaux, hormonaux, gonadiques ou chromosomiques) qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins. Le terme intersexe s’emploie pour décrire une large gamme de variations naturelles du corps, qui se développent à tout moment de la vie.
Les personnes intersexes sont des personnes ayant subi une invalidation médicale de leurs corps sexués. »

L’intersexuation est bien plus répandue que ce que l’on pense, le chiffre le plus fréquemment retenu est 1,7 % [1]. Par comparaison, la population mondiale de personnes rousses serait de 1 à 2 %, 5 % pour la population française [2]

[1] Blackless M, Charuvastra A, Derryck A, Fausto-Sterling A, Lauzanne K, Lee E. « How sexually dimorphic are we? Review and synthesis ». Am J Human Biol, 2000.
[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Rousseur

drapeau - Normandie : création d’un groupe d’entraide transgenre et intersexe

Vous avez commencé par constituer un groupe informel voir amical. Aujourd’hui, vous constituez une association. Pourquoi passer la vitesse supérieure aussi vite ? Qu’est-ce-que cela va vous apporter ?

Flo : En 2017, par une présence sur le terrain, j’ai réuni trois personnes transgenres qui avaient l’envie de tendre la main à d’autres personnes, qu’elles soient en questionnement ou en en cours de transition. Nous avons effectué un travail de recherches, d’informations pour déterminer notre champ d’actions et ce que nous voulions apporter à ces personnes en terme d’écoute, de soutien, d’informations, de partages et d’accompagnement. Naturellement l’amitié est née qui a favorisé une bonne cohésion entre nous.

Nous sommes aujourd’hui à plus de la moitié de l’année 2018, nous avons donc pris le temps de bien asseoir notre groupe et le besoin est tel qu’il est apparu comme une évidence de créer une association pour plus de visibilité et nous permettre d’être encore plus présent sur le terrain et les manifestations associatives LGBTI. Nous sommes encore à l’étape de construction de cette association qui nous l’espérons, verra le jour avant fin 2018.

gaypride rouen 2018

Les autres associations LGBTI de Normandie ont déjà mis en place depuis longtemps des groupes pour les personnes transgenres. L’union devrait faire la force, alors pourquoi s’éparpiller et créer une structure en «plus » ? Les autres associations LGBTI font mal leur travail ? Comment travaillez-vous avec elles ?

Flo : A notre connaissance, et notamment du tissu associatif normand, il n’existe qu’une antenne à la disposition des personnes transgenres et intersexes mais pas d’association exclusivement destinée à la représentation de la transidentité et de l’intersexuation qui, nous le rappelons, n’ont rien de commun avec l’orientation sexuelle! Dans le sigle LGBTI, il faut reconnaître, sans langue de bois que le T et le I sont les grands oubliés depuis des générations, même si un frémissement de prise en compte semble enfin apparaître.

Comme déjà dit, la demande est importante et concerne tous les âges. Il y a largement la place et surtout la nécessité de la présence d’une association représentative en Normandie.

Notre groupe n’a pas vocation à juger le travail effectué par d’autres structures mais plutôt d’offrir une opportunité supplémentaire, une bienveillance à tous(te)s ceux/celles qui en ressentiraient le besoin pour un avenir heureux dans l’harmonie du corps et de l’esprit.

L’existence de notre groupe est connue des associations et de la mairie de Rouen. Deux actions avec elles, par notre participation à la Normandie Pride 2018 que nous remercions ainsi que sa présidente Claire Dumont de nous avoir offert cette visibilité par la tenue d’un stand sur le village associatif et tout dernièrement par notre positionnement et notre investissement physique sur le scandale du service adoption du département. Ceci en participant aux différentes réunions de travail et en étant physiquement présentes pour l’élaboration et la distribution d’un tract et enfin officialiser notre engagement par la signature de différents courriers.

Que comptez-vous proposer concrètement pour les personnes transgenres et intersexes au sein de votre association ? Avez-vous des permanences ? Une ligne téléphonique… ?

Léa : Nous avons créé une page officielle d’actualités et d’informations ouvertes à tous/toutes. Il existe à la disposition unique de nos membres un groupe « secret » pour échanger des informations et des partages personnels. Tous les quatrième samedi de chaque mois, nous organisons une permanence dans un lieu protégé, afin de se rencontrer, rompre la solitude, discuter sur les transitions de chaque membre et offrir la possibilité d’être soi même. Il est possible aux familles et proches d’y participer avec l’accord de nos membres.

Une conversation libre sur le thème mais également sur le quotidien. Nous organisons des convivialités telles que sorties ciné, bar, restaurant, etc.. Une prise en charge téléphonique est possible par l’un(e) des administrateur(trice)s. Enfin, pour les sympathisant(e)s : un groupe facebook G.E.T.I.N & Allié.e.s (Groupe Entraide Transgenre & Intersexe Normandie)

Normandie : création d’un groupe d’entraide transgenre et intersexe

Votre périmètre d’action concerne toute la Normandie ou est-ce seulement Rouen et son agglomération ?

Axel : Notre groupe et future association concerne effectivement toute la Normandie et est accessible uniquement aux normand(e)s pour pouvoir établir un lien et une aide réellement concrète.

Yaya : Nous somme majoritairement sur Rouen, mais il y a des membres dans toute l’ex haute Normandie. Dans la mesure ou l’on souhaite mettre l’accent sur sortir de l’isolement, il paraît bien de se focaliser géographiquement.

Tout le monde peut adhérer ou faut-il être transgenre, intersexe ? Des personnes non trans et non inter-sexe peuvent-elles vous aider ?

Cassandre : Le groupe secret et les permanences sont effectivement réservés aux personnes transgenres et intersexes ou très proches comme déjà expliqué. Lorsque l’association sera créée, l’adhésion sera ouverte à tous(tes).

Yaya : Nous sommes ouverts à toute personne directement concernée ou très proche (parents, amis…). On ne peut cependant pas prôner le vivre ensemble et rejeter des allié.e.s. Ça fait partie du challenge du passage au statut associatif : s’ouvrir aux allié.e.s tout en préservant la vie privée de nos membres et le besoin de se retrouver aussi entre pairs.

Normandie : création d’un groupe d’entraide transgenre et intersexe

Comment le public peut prendre contact avec vous ?

Yaya : Actuellement nous avons une page facebook et notre twitter où il est possible d’envoyer des messages privés via ces sites. Nous venons de créer un groupe facebook ouvert à toute personne désirant s’investir ou être en contact plus privilégié avec nous. Enfin nous avons une adresse mail TransInter.Normandie@gmail.com

Quel sera votre programme pour les prochains mois ?

Léa : Maintenir tous les actions déjà mise en place et qui répondent bien à la demandes des intéressé(e)s. Nous préparons notre participation à l’Existrans 2018, auprès de nos membres. Finaliser la construction de notre association. Enfin, examiner toute demande de participation à des actions communes avec d’autres associations

On vous a vu sur la Normandie Pride à Rouen mais aussi sur le récent scandale de l’adoption avec le département. Votre association semble avoir un message revendicatif, voir politique à exprimer ?

Yaya : Nous souhaitons avant tout nous consacrer à l’auto-support et à l’accompagnement. Mais dans un cadre ou chaque avancée doit être protégée, défendue, nous pouvons être amenés à porter ou soutenir des actions favorisant le vivre-ensemble, l’abolition les discriminations ou l’égalité des citoyens.

Un dernier mot à ajouter ?

Marion : Notre groupe est composé de membres réunissant plusieurs générations, c’est enrichissant dans les échanges et porteur d’espoir : il n’est jamais trop tôt ou trop tard pour être soi même. Nous sommes tou.te.s différent.e.s en tant qu’être humain mais aussi dans nos parcours, nos vécus. Néanmoins, l’esprit d’égalité, pilier fondateur de notre groupe, permet à chacun.e d’avancer à son rythme, sur son propre chemin. Alors, n’hésitez pas à nous rejoindre et à nous soutenir.

Normandie : création d’un groupe d’entraide transgenre et intersexe

Pour aller plus loin

Page Facebook de GETIN
Contact par mail de GETIN
Les autres associations LGBT généralistes réalisent des permanences à Rouen et à Caen chaque mois (voir l’agenda de GAYVIKING pour connaître ces rendez-vous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *