04 décembre 2016

RETRO 2015 : une année LGBT en Normandie

retro2015gayviking(article publié le 28 décembre 2015)

Voici la rétrospective LGBT 2015 de GAYVIKING pour les normand(e)s. Des évènements vécus tout au long de l’année avec les ouvertures, fermetures d’établissements, d’associations, mais aussi une année marquée par les faits divers et l’homophobie.
Une occasion de redécouvrir, ou découvrir l’actualité qui a gravité autour de la communauté LGBT en Normandie et pour ne pas oublier…

 

JANVIER 2015

fin-followmeAu Havre, il n’en reste plus qu’un. Le Follow Me, bar gay ferme ses portes après deux ans d’existence. Le Blink reste le seul bar gay dans la ville océane.

dessin-mariage5Pendant ce temps, l’INSEE fignole ses statistiques et publie le 13 janvier les derniers chiffre de la démographie française et annonce la célébration d’environ 14.000 mariages l’année précédente…. on y apprend que l’ouverture du mariage aux couples gays et lesbiens stoppe la chute de l’institution du mariage avec un nouveau chiffre à 241.000 mariages en 2014 (couples homos, hétéros confondus). (revoir l’info sur Gayviking)

FÉVRIER 2015

milk-rouen-gayviking1Alors que le Havre voit disparaître un de ses bars gay, Rouen se réveille avec l’ouverture d’un nouveau bar très gayfriendly, Le Milk, avec Gregg et Tristan avant que ce dernier ne laisse les commandes au premier. Un petit bar qui est devenu un véritable partenaire du monde gay et lesbien en participant à de nombreuses opérations associatives comme la gaypride. Le Milk aura sans doute été l’établissement qui aura marqué le plus la vie LGBT de la place rouennaise cette année dans un esprit chaleureux et ouvert. (revoir l’info sur Gayviking)

orne-hebdo-articleDu côté d’Alençon, c’est l’association Orn’En Ciel qui a vu rouge cette année avec l’article d’un journaliste d’Orne Hebdo du groupe Ouest France avec l’expression : « Le cross c’est pas un sport tafiole ». Cela n’aurait pu être qu’une anecdote ou une simple histoire de vestiaire. Non, c’est un triste rôle qu’a joué un journaliste avec beaucoup de sens et de contre-sens et a contribué à faire le lit de l’homophobie. L’association Orn’En Ciel n’a pas laissé passé et a mis la pression en déposant plainte contre le journal qui refusait de s’excuser… Finalement redoutant sans doute le vent tourner avec la perspective de perdre un éventuel procès accompagné d’une très mauvaise publicité, la direction du journal est revenue sur son obstination en respectant le sens des mots (enfin presque). La journal s’est excusé. (revoir l’info sur Gayviking)

MARS 2015

logo-gtnC’est une grande nouveauté pour Rouen et son agglomération. Cela faisait longtemps qu’il n’existait plus de permanence physique pour l’écoute et la convivialité en faveur des gays et des lesbiennes sur Rouen. A compter du 21 mars prochain et tous les 3ième samedi du mois, l’association Gay’T Normande propose une permanence d’accueil dans un lieu original (UBI, Centre culturel associatif). (revoir l’info sur Gayviking)

sidaLes années passent et il est toujours présent.. Le sida ne régresse plus et augmente chez les jeunes gays de -25 ans. L’Institut de Veille Sanitaire publie ses derniers chiffres.  En Normandie, on peut observer une hausse de près d’un tiers des cas de séropositivité pour la Haute-Normandie (Seine-Maritime et Eure) avec 67 cas par million d’habitants contre 51 cas un an auparavant. La Basse-Normandie affiche 30 cas par million d’habitant en baisse de 26%. (revoir l’info sur Gayviking)

AVRIL 2015

Groupe de lesbienne motardesNormandie : Le cuir, les cheveux au vent, l’odeur du bitume, le bruit de la bécane… la liberté. Quand on parle moto, on le conjugue très souvent au masculin… mais à tort. Les femmes ne sont pas que des passagères, elles savent mener leur danse sur la route. Elles aiment ça. Sandra est une passionnée de moto. En avril, elle vient de créer un groupe dédié aux femmes motardes pour vivre pleinement leur passion commune. (revoir l’info sur Gayviking)

lgbtdroitciteRouen : disparition de l’association Droit de Cité. L’association était née en janvier 2010 à Rouen. Elle avait pris la suite d’une ancienne association, le Collectif Comme Ca, et continuait de se battre pour la reconnaissance de la déportation homosexuelle au niveau local. Droit de Cité avait finalement obtenue cette reconnaissance et a été la première association LGBT invitée officiellement par la mairie de Rouen aux cérémonies du souvenir. Depuis 2010 les associations LGBT sont désormais invitées chaque année. Droit de Cité a également organisé pendant plusieurs années une campagne de sensibilisation du public sur l’homophobie. Une campagne d’affichages avait été mis en place dans les rues de la ville de Rouen et une banderole en façade de l’hôtel de ville. L’association, par manque d’adhérents, a été dissoute le 19 avril 2015.

MAI 2015

friendly-normandyNormandie : A la veille de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie, le Centre LGBT de Normandie présente le label Friendly Normandy, une action essentielle pour lutter contre l’homophobie. Cette charte vise à favoriser la mixité des lieux d’accueil professionnels, touristiques et de loisirs. Ce label ou cette charte est à destination des personnes LGBT mais aussi aux touristes gays et lesbiens qui visitent la Normandie. Le Centre LGBT de Normandie souhaite que la charte Friendly Normandy affirme la Normandie comme une terre d’ouverture et d’acceptation des différences garantissant un bon accueil des publics LGBT. La première signature officielle se déroule à la mairie de Rouen en présence d’Yvon Robert, maire de la ville. (revoir l’info sur Gayviking)

gaypride-caen-2015Gaypride à Caen : ce samedi 23 mai, la gaypride de Caen s’est élancée dans les rues de la ville. Une très bonne ambiance comme chaque année et sous le soleil… Entre 900 (selon les autorités) et 1100 (selon les organisateurs) personnes ont défilé en revendiquant la poursuite de l’égalité entre homo et hétéro mais aussi le respect de l’identité pour les personnes trans. Deux ans après l’approbation du mariage pour tous et l’adoption, le soufflet de la revendication n’est pas retombée. Dans son discours d’introduction, Flavie, présidente de Melting Pomme, association lgbt a rappelé le mot d’ordre de la marche caennaise : « Égalité, maintenant, toujours, partout ». (revoir l’info et les photos sur Gayviking)

Sébastien, délégué régional à l'Enipse (crédit photo : Fred P.)

Prévention : la Normandie accueille un nouveau délégué régional d’ENIPSE avec Sébastien. L’ENIPSE anime un réseau unique et professionnalisé de proximité ciblant à travers ses communications et ses actions les clientèles des lieux commerciaux festifs et notamment l’ensemble de la communauté homosexuelle française. Elle mobilise le tissu économique (bars, discothèques etc…) et sensibilise les exploitants des lieux aux actions de prévention pour leur clientèle LGBT mais aussi au-delà.. (revoir l’info sur Gayviking)

fin-opensaunaCaen : Le sauna l’Open aura été dans le paysage caennais pendant 10 ans de 2005 à 2015 et a participé à plusieurs gaypride caennaises dans le passé même si récemment les « créneaux gay » se faisaient de plus en plus rares… l’établissement a été vendu fin mai 2015. Aujourd’hui, le sauna Arc-en-Ciel reste le seul sauna accessible à une clientèle gay.

JUIN 2015

gaypride à Rouen 2015 les photosGaypride à Rouen : c’est le 6 juin que la gaypride a rassemblé entre 450 (selon la police) et 750 personnes (selon les organisateurs) à Rouen. La manifestation a été lancée sous la bannière du collectif inter-lgbt de Rouen orchestré par l’association LBTG. Les slogans portaient sur l’égalité, la lutte contre l’homophobie car même deux ans après les noces de cuir de la loi du mariage pour tous, les mentalités homophobes restent toujours bien présentes. Il a suffit de voir les opposants à l’affiche officielle pour comprendre que les pensées les plus obscures n’ont pas quitté les esprits étroits. La présence de Jeanne d’Arc arborant un rainbow flag n’a pas du tout été du goût des réactionnaires d’extrême droite ni même une partie des revendications « la GPA pour tous« . (revoir l’info et les photos sur Gayviking)

cine-friendly-gtnCiné Friendly : l’association Gay’T Normande a également marqué les esprits en s’affichant largement sur les écrans cette année. Cela faisait presque dix ans qu’un festival ou des journées du cinéma gay et lesbien ne s’était plus produit à Rouen et plus largement en Normandie. En 2015, c’est l’association Gay’T Normande qui a repris le flambeau. Sur trois jours, l’association a créé l’évènement au Cinéma l’Omnia République autour des questions LGBT (famille, homophobie, adolescence…). Avec des avant premières et des exclusivités, Ciné Friendly s’est voulu grand public. Selon le cinéma l’Omnia qui a accueilli le festival, c’est 800 spectateurs qui sont venus à ces trois journées. (revoir l’info sur Gayviking)

Centre gay et lesbien de NormandieCaen : Le centre LGBT de Normandie situé à Caen a élu son nouveau président depuis le mois de juin. C’est désormais Fabrice qui prend la suite de Yann à la présidence du Centre LGBT de Normandie avec une nouvelle équipe pleine de projets avec notamment la mise en place de nouvelles activités et permanences de soutiens. Le Centre LGBT de Normandie a été créé en 2008. C’est une fédération d’associations gay et lesbienne sur la région Normandie. Il y a 6 associations adhérentes.

JUILLET / AOUT 2015

homophobie-licencie-gayvikingA Rouen, victime d’homophobie, il est licencié. C’est une situation difficile à comprendre que l’on a découvert au mois d’août. Guillaume encadrait huit gardiens d’immeuble chez Habitat 76, l’organisme HLM en Seine-Maritime. Guillaume est gay et il ne le cachait pas. Dans son métier, qu’il affectionnait, il avait en charge des quartiers difficiles sur le sud de l’agglomération de Rouen. Son employeur le force à le loger dans un quartier où il est victime d’homophobie récurrente. Face à son refus, il est licencié pour faute. L’affaire se réglera devant le juge des prud’homme. (revoir l’info sur Gayviking)

SEPTEMBRE 2015

nv-contactRouen : après Caen, l’association Contact met en place une antenne à Rouen pour des permanences. Ces permanence, une fois par mois permettent de favoriser le dialogue entre parents, lesbiennes, gays, bi et trans, leurs familles et leurs ami-e-s. Ces permanences sont des lieux de rencontre qui permettent, dans le respect des personnes et dans la plus stricte confidentialité, de créer ce dialogue et de l’entretenir par échange d’expériences. (revoir l’info sur Gayviking)

OCTOBRE 2015

psy-gayviking1Caen : le Centre LGBT de Normandie lance une nouvelle permanence avec une psychologue. La permanence n’a pas pour but d’engager un travail thérapeutique à long terme. Les personnes sont reçues de manière anonyme. C’est un lieu d’accueil pour ensuite orienter la personne vers le thérapeute qui pourrait lui convenir. Parfois quelques rendez-vous suffisent à démêler une situation. Le travail de Soraya, psychologie consiste à déterminer si la personne a les ressources nécessaires pour faire face à sa difficulté et la rassurer, le but n’est pas de remplir les cabinets de psychologues en libéral, mais de déterminer avec chacun ce qui est de l’ordre d’un accompagnement et de quel type d’accompagnement. Permanence chaque premier mercredi du mois de 16h à 18h. (revoir l’info sur Gayviking)

NOVEMBRE 2015

gisors-homophobie-justiceRouen : la Cour d’Assise reconnaît le caractère homophobe d’un crime survenu trois ans plus tôt. Un homme de 38 ans avait été retrouvé mort à son domicile. Dans son appartement des inscriptions homophobes étaient affichées. L’ex-compagnon de la victime et son frère seront condamnés à 25 ans et 20 ans de prison. Fait remarquable, l’homophobie est reconnue comme circonstance aggravante dans le verdict de la Cour. Cette dernière reconnaît que le mobile du crime est bien « l’homosexualité ». Le procès semble avoir mis en lumière le rejet de l’homosexualité. Pour l’avocate générale, il s’agit bien d’un crime homophobe : « Ils ne l’ont pas tué parce qu’ils n’aiment pas les homosexuels, mais parce que lui (la victime), était homosexuel ». (revoir l’info sur Gayviking)

DÉCEMBRE 2015

loi-justice-tribunalLe Havre : une rencontre qui tourne mal. La Cour d’Assise de Seine-Maritime a condamné le meurtrier de Mickaël Augusto alors âgé de 38 ans. Ce dernier ne cachait pas son homosexualité. Il aimait la vie. Son meurtrier, Romain Ciprut, un jeune homme de 21 ans, venait chez Mickaël pour consommer gratuitement du cannabis tout en laissant miroiter à Mickaël de possibles avances… Mais une dispute éclate, l’accusé prend le couteau, le frappe à la poitrine, Mickaël s’effondre, crie au secours mais Romain Ciprut lui donne des coups de pieds à la tête. Mickaël perdra la vie. Romain est condamné à 16 ans de prison. Aucun élément de l’enquête n’a mis en évidence un éventuel caractère homophobe de ce meurtre… seulement une rencontre qui a mal tourné.

meurtre-scene-crimeRouen : Julien Tesquet, 31 ans, et Elise Fauvel, 24 ans, sont retrouvés étranglés dans le centre ville de Rouen. Ils sortaient du bar gay XXL pour rentrer à leur domicile. Les deux jeunes gravitaient souvent dans le milieu homosexuel rouennais. Les raisons de ce double meurtre restent inexpliquées même si la police judiciaire semble écarter provisoirement l’homophobie comme hypothèse. Une mauvaise rencontre sur le chemin du retour pourrait en être la cause. Les amis, familles, collègues, anonymes, fortement affectés par ce tragique évènement ont défilés dans les rues de Dieppe et de Rouen pour leur rendre hommage.

Revoir les rétrospectives

2014 (cliquez ici) – 2013 (cliquez ici) – 2012 (cliquez ici) – 2011 (cliquez ici) – 2010 (cliquez ici)

 

A lire également

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *