sexion-d-assaut-rouen

(article publié le 6 avril 2011)

Le groupe de rap Sexion d’Assaut sera en concert à Rouen le 9 avril prochain au Zenith de Rouen. L’association rouennaise LGBT Droit de Cité invite à la vigilance et interpelle les collectivités et les parlementaires.

L’association revendique le doit à l’églaité devant la loi en matière de délit d’injure homophobe.

Le groupe de rap a fait la « une » de l’actualité des salles de spectacles à l’automne dernier après ses propos ouvertement homophobe. La salle des musiques actuelles Le CARGO à Caen avait annulé leur spectacle comme beaucoup d’autres salles en France.

Communiqué de presse Association LGBT Droit de Cité :

APPEL A LA VIGILANCE

« [...] Au mois de juin 2010, Sexion d’Assaut donne une interview à un magazine dans lequel les membres du groupe
revendiquent librement leur homophobie : «Pour nous, le fait d’être homosexuel est une déviance intolérable».

sexion1Plusieurs associations se coordonnent alors, notamment au travers d’une pétition, pour demander aux structures
accueillant le groupe lors de leur tournée, d’annuler leur passage. Les salles et les mairies/préfectures prennent alors leurs responsabilités et de nombreux concerts sont annulés.

Dans la foulée, le groupe de rap rencontre l’IDAHO et le CRAN et s’engage à oeuvrer en faveur de la lutte contre
l’homophobie. Sont alors organisées plusieurs rencontrent avec des associations LGBT.

Malgré ces engagements, certaines associations ne croient pas en ce mea-culpa, en prenant pour preuve la nouvelle
chanson du groupe sortie quelques jours plus tard, et dans laquelle on entend « Ceux qui disent qu’on a changé sont
peut-être tous sourds » (malgré qu’il ne soit pas fait référence directement à la polémique). Aujourd’hui ces associations appellent toujours à l’annulation de leurs concerts.

Soutenant le point de vue d’SOS Homophobie en faveur d’un dialogue et d’actions concrètes plutôt qu’à une censure
qui pourrait avoir des effets contre-productifs, LGBT Droits de Cité n’appelle pas directement à la déprogrammation
du groupe lors de sa venue à Rouen. Cependant, nous rappelons aux gestionnaires des salles de spectacles,
et aux collectivités qui les portent, qu’il est de leur responsabilité, au moins moral, de s’assurer qu’aucun
message répréhensible ne soit véhiculé lors des manifestations qu’ils accueillent.
[...] « 

gay-pride76EGALITE DE TRAITEMENT FACE AUX PROPOS HOMOPHOBES

« Par ailleurs, comme pour Capleton, Admiral T en 2007, le cas de Sexion d’Assaut, pose la question de l’intervention de la loi et ses possibilités en matières de sanction.

En effet, si le groupe est passible de 6 mois de prisons et 22 500€ d’amende pour délit d’injures homophobes, celuici
ne pourra jamais rendre compte des propos tenus devant les tribunaux car la prescription pour propos sexistes,
homophobes ou handiphobes est de 3 mois, durée expirée lorsque les associations ont eu connaissance de ces propos
et ce alors que le délai de prescription pour les propos racistes, xénophobes ou antisémites est d’1 an. LGBT Droits de
Cité demande donc à nos parlementaires qu’ils se saisissent de ce problème afin d’obtenir une évolution de la
législation pour une égalité de traitement des propos homophobes, sexistes ou racistes. »

Voir le communiqué de presse de LGBT Droit de Cité en intégralité (cliquez ici)

POUR ALLER PLUS LOIN…

Pour en savoir plus, voir info sur association LGBT Droit de Cité (sur gaynormandie, cliquez ici)

Pour rappel : voir article sur gaynormandie sur l’annulation du concert de Sexion d’Assaut à Caen (cliquez ici)

Tags

 

0 commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire.

Faire un commentaire