17 août 2017

  • Forum

Trod… juste un doigt ?

trod0(article publié le 10 octobre 2011 – mise à jour : 05/11/2013)

Votre doigt est maintenant votre nouvel ami ! Vous allez l’appeler Trod ! Plus sérieusement… c’est le nom d’un dispositif qui va vous faciliter la vie et notamment vos actions de prévention. En effet, les testes de dépistage rapides s’étendent. Ce dispositif sera déployé à terme dans les établissements gays.

Avec l’association Aides, GAYVIKING vous informe et vous dit tout sur Trod et votre doigt.. si si, votre doigt ! Qu’est-ce-que c’est ? Comment cela va se passer ? Rencontre avec Thierry de l’association Aides Rouen.

 

GAYVIKING : Le TROD, Kesako ?
Thierry (Aides) : Le TROD veut dire Test Rapide d’Orientation Diagnostique c’est à dire possibilité de réaliser un test de dépistage non-médicalisé pour le VIH/sida avec un résultat dans la ½ heure. Le TROD est un outil de plus pour casser l’épidémie et a trois objectifs : diminuer la transmission sexuelle, améliorer l’accès aux soins par la diversification et la banalisation du dépistage et accompagner les personnes à rester séronégatives.
Pour pouvoir réaliser des TROD, AIDES a obtenu une habilitation de l’ARS de Haute-Normandie (Agence Régionale de Santé). Les militants qui réalisent les TROD doivent avoir suivi une formation validante sur la technique de l’utilisation des tests, les aspects spécifiques des entretiens de prévention et les aspects biomédicaux de l’infection à VIH et les IST.

trod1trod4GAYVIKING :C’est donc beaucoup plus rapide que le test classique dans un CDAG ?
Thierry (Aides) : Tout à fait. Il faut compter entre ½ heure et ¾ d’heure pour le déroulement de ce test qui comprend une information et une présentation de la démarche, un entretien pré-test, la réalisation du test et le rendu de résultat lors d’un entretien post-test.

GAYVIKING : Comment se déroule la séance ou le dépistage ?
Thierry (Aides) : L’offre de TROD se déroulera lors de permanences santé sexuelle pendant lesquelles les personnes trouveront un espace d’information sur le VIH/sida, les hépatites virales et les autres infections sexuellement transmissibles (IST) et pourront échanger en toute confidentialité et sans jugement sur leur sexualité. Elles pourront également faire un TROD pour lequel il est prélevé un peu de sang au bout d’un doigt. La réalisation du test et la remise du résultat se font en toute confidentialité.

GAYVIKING :Comment se passe la prise en charge d’une personne à qui on annonce que le test est positif (hiv positif) ?
Thierry (Aides) : En cas de résultat positif, il faudra que la personne fasse confirmer ce résultat en réalisant un test de dépistage traditionnel. Dans ce cas, nous l’orienterons vers un CDAG (Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit) ou l’Hôpital de jour du CHU de Rouen. Des conventions sont signées avec ces structures pour assurer une prise en charge globale et rapide. De plus si elle le souhaite, nous pourrons l’accompagner physiquement pour cette confirmation de test et pour la mise en place de sa prise en charge.

Bleeding fingerGAYVIKING : Ce test rapide est-il vraiment sûr ?
Thierry (Aides) : Le test rapide est aussi sûr que le test traditionnel. La différence se situe au niveau du délai de dépistage après une prise de risque. Un test de dépistage traditionnel donne un résultat fiable 6 semaines après une éventuelle prise de risques, le TROD donne un résultat fiable après 3 mois. En cas de résultat négatif, il est rappelé à la personne qu’il existe d’autres IST que ce test ne dépiste pas ; elle sera donc orientée vers un CDAG ou son médecin généraliste pour réaliser un test pour ces autres IST.

GAYVIKING : Pourquoi ne pas le généraliser à l’échelle du territoire, dans les laboratoires et les hôpitaux… cela éviterait l’angoisse des résultats pendant une journée voir une semaine ?
Thierry (Aides) : L’arrêté du 9 nov. 2010 fixant les conditions de réalisation des TROD spécifie les publics que doivent viser ces TROD. Ce sont les publics les plus vulnérables à l’épidémie à VIH : les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, les personnes issues de l’immigration essentiellement de l’Afrique Sub-saharienne, les usagers de drogue par voie intraveineuse et les prostitué(e)s. Les TROD sont une offre complémentaire des offres de dépistage et de prévention existantes (laboratoires d’analyses médicales, CDAG/CIDDIST [Consultation de dépistage anonyme et Gratuite/Centre d’Information, de Dépistage et de Diagnostic des Infections Sexuellement Transmissibles], hôpitaux)

trod3GAYVIKING : Ce dispositif existe t’il dans toute la région, Haute et Basse Normandie ? Où pourra t’on se faire dépister dans la région ?
Thierry (Aides) : AIDES territoire d’action Normandie n’intervient qu’en Haute-Normandie et à ce titre, ne proposera les TROD que dans cette région. A notre connaissance, aucune structure n’a fait de demande d’habilitation en Basse-Normandie. Des permanences santé sexuelle avec possibilité de réalisation de TROD seront proposées en Haute-Normandie dans les locaux de AIDES à Rouen et au Havre ainsi que dans des structures, foyers, associations ou établissements commerciaux accueillant les publics cibles dans ces deux villes ainsi qu’à Dieppe et Évreux. (ndlr : plus d’info sur la Basse Normandie… voir en fin d’article)

GAYVIKING :Le premier public visé est le public Gay masculin… pourquoi ?
Thierry (Aides) : Le public gay masculin est un des publics visés (mais non exclusif) par les TROD. Les homosexuels masculins restent un public très vulnérable à l’épidémie à VIH. En effet, environ 30 % des personnes découvrant leur séropositivité sont homo ou bisexuels (chiffre de Institut de Veille Sanitaire). Nous devons permettre à ce public d’accéder encore plus facilement au dépistage afin de réduire le nombre de nouvelles contaminations.

trod2GAYVIKING : Les établissements LGBT sont-ils associés à cette campagne ? Quels liens avec eux ?
Thierry (Aides) : Pour le moment, nous travaillons en étroite collaboration avec les saunas de la région pour proposer des permanences santé sexuelle avec possibilité de réaliser un TROD. 6 saunas ont d’ores et déjà donné leur accord et les 1ères actions devraient démarrer dans le courant du mois de novembre. Les propriétaires de ces saunas sont partie prenante de cette action et ont bien compris l’intérêt que ce dépistage rapide délocalisé pouvait apporter à leur clientèle : un dépistage précoce équivaut une prise en charge précoce.

GAYVIKING : L’association Aides est en première ligne sur ce dispositif ? Pourquoi Aides ?
Thierry (Aides) : AIDES a pour mission, entre autres, d’expérimenter et de développer des actions innovantes pour réduire le nombre de nouvelles contaminations dans le but, à terne, d’éradiquer le virus du sida. Dans cette optique AIDES a participé de 2008 à 2010 aux études Com’test et Drag’test pour la mise en place et l’acceptabilité des TROD dans les communautés homosexuelles. Ces études ayant montré l’intérêt de diversifier l’offre de dépistage, c’est tout naturellement que le réseau AIDES s’est impliqué dans ce dispositif pour proposer ces TROD au plus près des populations visées.

trod6GAYVIKING : Dans la région le nombre de contamination est-il en hausse ? Comment est la situation aujourd’hui au niveau local (homo, hétéro…) sur le VIH et son évolution ?
Thierry (Aides) : Les chiffres des nouvelles contaminations en Haute-Normandie montrent les mêmes constats qu’au niveau national : les personnes issues de l’immigration d’Afrique sub-saharienne sont les plus touchées par les nouvelles contaminations, ensuite ce sont les homo/bisexuels masculins (source INvS). On constate une stagnation des cas de découvertes chez les homo/bisexuels depuis quelques années qui représentent environ 30 % des nouveaux cas de séropositivité.

GAYVIKING : Un dernier mot ?
Thierry (Aides) : En France, on estime entre 40 000 et 50 000 le nombre de personnes vivant avec le virus du sida et qui l’ignorent. Or depuis deux ans, on sait qu’une personne séropositive sous traitement avec une charge virale (quantité de virus dans le sang) indétectable et qui n’a pas d’autres IST présente très peu de risques de transmettre le virus à un partenaire sexuel. Nous savons également que ce sont les personnes qui ignorent qu’elles sont séropositives qui sont les plus contaminantes. L’objectif des TROD est de dépister plus et plus souvent les publics les plus vulnérables à l’épidémie pour permettre une prise en charge précoce et casser ainsi la chaine de contamination.

Pour aller plus loin… d’un doigt…

Suivez dans l’agenda de GAYVIKING (cliquez ici) les lieux de permanence Normandie pour le TROD à Rouen, au Havre et à Caen

Voir le site internet de Aides (cliquez ici)

Contactez Aides Normandie (cliquez ici)

+ d’infos : voir la brochure sur le VIH (les risques encourus), format pdf (cliquez ici)

 

En Basse-Normandie et ailleurs en France aussi

Le dispositif du TROD a été déployé à Caen depuis septembre 2012 par les bénévoles du Centre Gay et Lesbien (voir article ici en août 2012).

L’association AIDES pratique les TROD dans d’autres régions en France : cliquez sur ce lien pour voir les autres villes de France.

(crédits photo : association Aides – Sneg – association belges ex aequo pour la première photo)

A lire également

5 commentaires

  1. vincent58

    slt

    Enfin la possibilité de savoir rapidement si on est atteint ou pas par le vih, pouvoir se prendre en charge, ne pas prendre le risque de contaminer d’autres partenaires…tout cela avec des militants proche de nos préoccupations, de notre santé, de notre communauté !! comment ne pas être POUR !!! j’ai vu l’action ce week edn dans le Marais, il y avait foule devant les bus de AIDES…et j’ai surtout vu des personnes satisfaites des échnages et entretiens avec les gens de AIDES et du SNEG. Notre communauté est fortement atteinte alors ne nous mettons pas la tête dans le sable …ASSUMONS !

  2. Valentin (Association Aides)

    Bonjour,
    Pour répondre à « absolument contre », le but final est d’aller au plus près des personnes et d’offrir une possibilité de plus de connaitre son statut sérologique. AIDES pourra assurer l’accompagnement des personnes qui le souhaitent vers les services de prise en charge, y compris l’accompagnement physique. D’abord en centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) pour la confirmation du test puis vers les services médicaux. Comme pour le dépistage fait en CDAG qui oriente vers la prise en charge, on n’est jamais certain que la personne se fait suivre après. Sur le soutien psychologique AIDES pourra également orienter vers des professionnels et des structures spécialisées (CMS) mais aussi vers d’autres de ses actions (groupes de soutien collectifs, rencontres individuelles, permanences). Pour la réalisation des TROD et l’hygiène, dans les mieux gays un espace est mis à disposition (et ça permet aussi la confidentialité), le matériel est unique et stérile et les conditions sont détaillées dans le cahier des charges qui est imposé par les autorisations sanitaires. Tous les militants de AIDES sont tenus à la confidentialité et au secret professionnel comme tous les intervenants des structures dans lesquelles des informations personnelles et sensibles ne doivent pas être révélées ; l’importance de cette confidentialité est rappelée dans les formations obligatoires des militants de AIDES (trois fois deux jours).
    De par notre expérience, on rencontre toujours des gays dans les bars ou saunas qui ne sont pas ou peu informés ; l’entretien de réduction des risques sexuels apporte des compléments. Le TROD n’est pas réalisé à chaque fois, il n’est pas systématique ni obligatoire et on est bien sur une proposition d’outil supplémentaire en complément des autres possibilités de faire un test, dans une proximité nouvelle. Voila quelques explications mais nous comprenons également que vous soyez contre…..

  3. Absolument CONTRE

    Je ne comprend pas le but final de ce test….et beaucoup de points ne sont pas abordés dans votre intervention…
    -Comment comptez vous vous assurez que celui qui se découvrira positif engage un suivi médical?
    – Quel soutien psychologique comptez vous apportez?
    -Quelles mesures d’hygiène compter vous prendre pour réaliser ces test ( dans les saunas ou dans les bars)?
    – Comment comptez vous vous assurer de la confidentialité des résultats? en effet comment être sur que les bénévoles ne dévoilent pas la seropositivité d’un tel à ses amis ou autres…??

    Aujourd’hui, tous les gays qui fréquentent les saunas ou les bars sont forcément informés sur le VIH, ceux qui ne pratiquent jamais de test ne pratiqueront pas plus celui là, de plus, faire un test dans un lieu « public », dans des villes moyennes comme Rouen, Le Havre ou Caen, paraitra certainement « suspect » aux yeux de certains…

    Je trouve même presque inconscient de pratiquer ce genre de test, le risque à terme étant qu’il soit généralisé ( on peut facilement imaginer les dérives).

  4. Valentin (Association Aides)

    Bonjour Hops,
    Ce test de dépistage ressemble en effet au test du « diabète »
    Ce test sera fait par un volontaire formé et habilité de l’association Aides (lors des permanences de santé sexuelle par exemple) et il est Gratuit et Anonyme .
    Le rendu du résultat se fera par un entretien post test et quelque soit le résultat ( négatif, positif ou non valide) un certificat écrit sera rendu par le volontaire habilité à faire le Trod à la personne qui a fait le test .
    Solidairement
    Valentin (Association Aides)

  5. hops

    Ca ressemble au dépistage du diabète (qui se fait avec une mini prise de sang au doigt) ? Combien coute ce test ? Est-ce que la personne qui se fait tester reçoit un certificat écrit ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *