23 août 2017

  • Forum

Une étude médicale controversée présentée à Rouen

choix_homo_hetero

(article publié le 9 juillet 2010)

Quelle est l’origine de l’homosexualité ? C’est une vaste question mais autant se demander : « pourquoi j’aime le chocolat.. ? ». Du 11 au 15 juillet 2010 se déroulera à Rouen le 7ième congrès international de neuroendocrinologie à la faculté de médecine.

L’homosexualité, origine biologique ?

A cette occasion, Jacques Balthazart, chercheur à l’Université de Liège, présentera une thèse retranscrite dans son livre « Biologie de l’homosexualité. On naît homosexuel, on ne choisit pas de l’être » qui fait couler beaucoup d’encre . Pour le chercheur, l’homosexualité n’est pas un phénomène d’éducation ou d’une relation mal vécue avec les parents. Pour lui c’est le contraire. On naît homosexuel, on ne choisit pas de l’être. Pour Jacques Balthazart, l’homosexualité ne relèverait pas d’un choix mais serait d’origine biologique. Selon lui il serait ainsi possible de modifier les caractéristiques comportementales du sexe.

balthazart-jacques

biologie-homosexualite

Le risque est de reconsidérer l’homosexualité comme une maladie..

Les scientifiques, notamment américains, cherchent depuis plus de 20 ans « LE gène » de l »homosexualité, sans succès. Selon Jacques Balthazart, il est probable que plusieurs gènes sont impliqués dans un éventuel déséquilibre hormonal durant l’embryogenèse. Mais la cause de ce déséquilibre pourrait également être extérieure. Certaines études suggèrent qu’un stress très important subi par la

mère durant la grossesse pourrait déséquilibrer la machine hormonale de l’embryon et influencer durablement l’orientation sexuelle de l’individu.

Cette vision de l’origine de l’homosexualité est particulièrement dangereuse. La théorie de Jacques Balthazard suggère implicitement qu’un remède pourra être trouvé contre l’homosexualité. C’est comme si on disait que les homos étaient aujourd’hui des malades.

droit_de_cite1

Réaction de l’association normande LGBT Droit de Cité

L’association LGBT Droits de Cité questionne la venue du chercheur J. Balthazart et les conséquences de sa thèse sur l’origine prénatale et biologique de l’homosexualité.

Laffiche_icn2010dGBT Droits de Cité questionne l’utilité de cette recherche, son parti prit péremptoire et ses possibles dérives discriminantes et eugénistes et revendique l’égalité des droits comme réponse à la lutte contre l’homophobie : «Il est possible de modifier expérimentalement les taux d’hormones auxquels sont exposés les embryons… Et à l’âge adulte on retrouvera des caractéristiques comportementales du sexe opposé bien que les structures morphologiques et génitales de l’animal n’aient pas été modifiées.»

Pour l’association : « Un tel raisonnement ne fonde-t-il pas la distribution des rôles sexués sur des mécanismes biologiques, en écartant les travaux menés en sciences sociales sur la question du genre (des rapports sociaux de sexe) ? Cette théorie ne véhicule-t-elle pas le préjugé courant selon lequel l’homosexualité serait due à un «excès» de caractéristiques de l’autre sexe ?

Bref, ne s’agirait-il pas encore d’un «fumeux amalgame» entre sexe et sexualité ? Si depuis plusieurs dizaines d’années, de nombreux psychiatres, endoc

rinologues et autres biologistes se sont attachés à rechercher «les causes» de l’homosexualité, perçue comme «anormalité», LGBT Droits de Cité considère que cette recherche repose sur une vision stéréotypée du sexe, du genre et de la sexualité. Elle évite soigneusement de poser la question de l’origine de l’hétérosexualité et ne fait que stigmatiser et catégoriser la personne homosexuelle dans un contexte naturalisé hétérosexuel. »

homos-et-alors

Une bien mauvaise acceptation de l’homosexualité

Le chercheur, Jacques Balthazart, essaye également de se trouver une bonne conduite en précisant que sa thèse est de nature à favoriser l’acceptation de l’homosexualité : « Si l’homosexualité n’est pas un vice ou une perversion, affirme-t-il, et quelque part même pas un choix, il n’y a aucune raison de persécuter les homosexuels« . Mais pourquoi les homosexuels devraient être persécutés ?! Décidément, nous n’avons pas le même sens des mots.

Pour aller plus loin…

plus d’infos sur l’association LGBT Droit de Cité sur GAYVIKING (cliquez ici)

L’association «LGBT Droits de Cité», mouvement citoyen pour l’égalité des droits des lesbiennes, gays, bisexuel-les, et transexuel-les, inscrit son action militante dans la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle en Haute-Normandie. (voir aussi le site de l’association : cliquez ici)

voir article de TETU.com sur ce débat en février 2010 (cliquez ici)

voir article du journal Le Monde sur le sujet en février 2010 (cliquez ici)

voir page de Jacques Balthazart, Université de Liège (cliquez ici)

 

A lire également

10 commentaires

  1. Ahriman

    Je ne comprend pas cet obscurantisme de certains milieux qui prétendent parler au nom de touts les homos (alors que je n’est pas voter pour eux), en nous refusant le droit a la connaissance sous prétexte qu’elle serait dangereuse, je n’aime pas l’Inquisition et je défendrais toujours la liberté de recherche scientifique.

  2. manuel

    je suis tout à fait d’accord avec julien; c’est une recherche scientifique qui si elle est menée selon les règles doit être respectée. Même si elle va à l’encontre des idées de certains milieux défenseurs des homos. Sinon c’est le triomphe d’un autre sectarisme, d’une autre idéologie. Rappelez vous : » Et pourtant elle tourne! »

    Certaines ligues voudraient nous faire rentrer dans leur ordre moral, qui ne vaut pas mieux que l’ordre moral catho ou bourgeois ou marxiste

  3. Theoauseuropa

    on étudie déjà la sexualité et sa génèse, l’étude montre des divergences dans de développement qui peuvent influencer notre orientation sexuelle.
    pas besoin de se braquer… ça n’indique rien à part un grand bazar de facteurs…
    je ressens ma bisexualité comme innée donc j’aprécie quand une étude ne me fait pas passé pour un névrosé à l’enfance malheureuse pour une fois ou encore pour un pervers.
    et ça permet de mieux comprendre son corps
    j’aimerais d’ailleurs savoir comment je me suis retrouvé avec un peu des ‘deux’ (de homo et hétéro)

  4. Martin

    @Julien : Quel est le signe de reconnaissance d’un bébé homosexuel ? Comment distinguer homo et hétéro à la naissance ?

  5. Julien

    Si j’en crois l’auteur, il n’y a pas de « cause médicale » à l’homosexualité. On naît homosexuel comme on naît gaucher ou blond. Ce n’est pas une maladie, ni une malformation, c’est juste une caractéristique sexuelle. On ne peut donc pas la soigner, ni agir dessus.

  6. hervé

    pourquoi on ne s’intéresse pas à l’origine de l’hétérosexualité ??!

  7. lolo

    A Julien : c’est jouer sur les mots… le fait de trouver une cause médicale à l’homosexualité et le fait de pouvoir transformer un être homo en être hétéro est en soi une « guérison » pour notre société…

    Mais j’aimerai bien que l’on nous foute la paix avec tout ça. On est comme ça point, on n’a pas à être guéri ou subir un traitement médical post ou prénatal. Foutez-nous la paix !

    Personne ne l’empêche de faire des recherches, mais on a tous le droit de dire que l’on n’est pas d’accord sur ses conclusions et dire qu’il y aura des dérives à une telle théorie.

  8. Julien

    On veut empêcher un scientifique de faire des recherches, c’est ça ? Au nom de quoi ? Tant qu’il travaille avec éthique, laissons-le continuer. Ce n’est pas la science qui est mauvaise, c’est l’ignorance.

    J’ai lu le livre de Balthazard et je l’ai trouvé très intéressant. À aucun moment, l’auteur ne parle de l’homosexualité comme d’une maladie. Il ne fait qu’étudier les causes probables de notre orientation sexuelle. Selon lui, elles seraient plutôt hormonales et prénatales.

  9. Nicolassainmont alias GAYLIB Normandie

    Pour information j’ai posté hier un twitte sur le compte gaylibnormandie qui envoi un lien sur votre site via notre blog

    « @gaylibnormandie: Une étude médicale controversée présentée à Rouen http://bit.ly/cg1Peo
    Nicolas

  10. Martin

    Qu’est-ce que l’homosexualité ? Quelle définition adopter ? C’est la première question me semble-t-il.

    Est-ce que des fantasmes homo-érotiques (lesquels ?) sont suffisants ? Ou faut-il passer à l’acte (lequel ?) ? Une fois ? Régulièrement ? A partir de quelle fréquence ?

    Que faire des gens qui ont des contacts homosexuels et hétérosexuels ?

    Un enfant de dix ans, peut-il déjà être homosexuel ? Et un bébé ? Ou faut-il attendre l’âge adulte pour juger ?

    Est-ce que l’auto-déclaration est suffisante ? Ou nécessaire ? Y a-t-il d’autres critères ? Y a-t-il un test reconnu ?

    Est-ce qu’un homo peut devenir hétéro ?

    J’aimerais connaître la définition de M. Balthazart, et celle de la majorité des scientifiques (si une telle majorité existe) ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *