A Rouen, la Pride 2019 a rassemblé 2000 personnes (photos et vidéo)

Article publié le 6 mai 2019 

Sous un ciel menaçant, la Pride 2019 a été un franc succès. À Rouen, environ 2000 personnes se sont rassemblées dans le cortège ce samedi 4 mai.

A Rouen, la Pride 2019 a rassemblé 2000 personnes

C’est le Centre LGBTI de Normandie qui était aux manettes pour cette édition après la disparition de Normandie Pride en 2018. En lien avec les associations locales, cette marche des fiertés LGBTI+ a ouvert le bal des Pride en France. Cette année, c’était la première ville à défiler. 

Stonewall n’est pas une soirée mousse

Le slogan 2019 était “De Stonewall à aujourd’hui : 50 ans de luttes pour défendre nos corps, nos familles et nos amours”. Il fait naturellement référence à l’anniversaire des émeutes de 1969 dans un bar new-yorkais, le Stonewall, précurseur des prides à travers le monde. Mais ce slogan évoque bien plus et notamment les revendications sur la transidentité ou l’homoparentalité avec l’évocation du dernier scandale au Département sur les “couples atypiques”. 

A Rouen, la Pride 2019 a rassemblé 2000 personnes

Dans son discours, le Centre LGBTI de Normandie a déclaré : “Stonewall n’était pas une soirée Mousse. C’était une révolte à New York face à l’oppression institutionnalisée des personnes lesbiennes, gays, bi, trans, et intersexes mais pas seulement. L’oppression touchait également les personnes SDF et les prostitué.e.s, ce qui les précarisait encore plus en ne leur permettant même pas de se retrouver dans ce bar, vêtues comme elles le souhaitaient, pour simplement y boire un verre. En 2019 en France, ce constat peut encore être fait. Aux vues de l’actualité présente et à venir comme la PMA, la mobilisation reste nécessaire pour les associations organisatrices.(lire le discours complet du Centre LGBTI. pdf)

Le parcours atypique de la Pride

Des politiques de tout bords étaient bien présents dans la marche mais sans chars comme le souhaitait les organisateurs. Ces derniers voulaient éviter toute récupération électorale à un an du scrutin municipal.

Le défilé était bien atypique cette année. Le contexte des “Gilets Jaunes” a poussé la Préfecture à interdire toute manifestation dans le centre-ville historique. Aussi, en accord avec la Préfecture, les organisateurs, qui ont bien déclaré la manifestation, ont du contourner le périmètre interdit. Cette singularité n’a pas empêché les manifestants de venir en nombre. De très nombreux jeunes étaient présents dans le cortège. Ils sont venus du Havre, de Caen ou de l’Eure… et même d’autres régions comme ces lillois venus soutenir leurs amis normands.

A Rouen, la Pride 2019 a rassemblé 2000 personnes

Un Die-In (minute de silence) a été respecté devant le Département. A l’arrivée, le cortège a pris place sur les quais de la prairie St Sever. Il y avait des foodtrucks et un village associatif, le tout accompagné de musique. Des festivités ont continué tard dans la nuit rouennaise avec les bars de la ville comme au Milk et au XXL. Une croisière sur la Seine avait été organisée par l’association Pool Paradise Party.

Agression de deux jeunes filles

Cette marche s’inscrivait également dans le programme de la ville de Rouen dénommé “Mois des Fiertés” avec des rendez-vous culturels et éducatifs. Même si la Pride de Rouen ne s’est pas inscrite dans la communication de la ville, les partenaires du Centre LGBTI de Normandie ont co-organisés les évènements en lien direct avec la marche des fiertés.

Enfin, une ombre au tableau de cette journée a été l’agression de deux jeunes filles par un homme de 64 ans. Ce dernier a tenu des propos à caractère sexuel en touchant les seins et les fesses des jeunes filles. Elles ont appelé la police qui a arrêté l’individu.

Photos

Vidéo

Partenaires…

Le Centre LGBTI de Normandie a été rejoint pas les associations suivantes : Aides, Enipse et Sexosafe, Le Refuge, Laisse Bien Ta Gaité, Pix’M, Aqueerium, Pride en Caux, Sos homophobie Normandie, La ligue des droits de l’homme, Amnesty International, l’Asti de Petit-Quevilly, Getin, le collectif des droits des femmes.