Nawak : 5 ans de passion pour le dessin et de combat pour l’égalité

Article publié le 21 février 2018

Derrière le pseudonyme de Nawak il y a Pierre, un jeune quarantenaire, esclave de Siri, son chat. Citoyen engagé, l’actualité ne le laisse pas indifférent et surtout lorsqu’il s’agit de discriminations. Son arme : le dessin. Comme Plantu, mais avec plus d’humours et d’engagements, ses illustrations font rires mais aussi réfléchir. Un passionné que GAYVIKING a interrogé à la veille de ses cinq ans de dessins… Rencontre…

Nawak : 5 ans de passion pour le dessin et un combat pour l’égalité

GAYVIKING : Comment vous est venue l’idée de dessiner ?

Pierre : C’est mon ancien chef qui m’a suggéré l’idée de me lancer, il y a 5 ans. Je changeais d’employeur (Nawak est salarié avant d’être artiste auteur) et il me mettait un peu au défi de capitaliser les nombreuses pages de cahier noircies de dessins pendant les réunions. Je ne suis pas déçu d’avoir suivi ses conseils.

Quelle est l’histoire de votre première publication et pourquoi par la suite avoir mis en avant votre chatte Siri ? 

Pierre : Ma première publication est dédiée aux opposants au mariage pour tous. « La France rose et bleu » a vu le jour en 2014 à la suite d’un financement participatif. Je voulais absolument faire une compilation souvenirs des dessins réalisés durant les débats, pour ne rien oublier.
« Le Journal intime de Siri » a vu le jour un an après. Beaucoup de personnes me suivant sur les réseaux sociaux réclamaient cet ouvrage. C’est certainement ma plus belle réussite. Mon bébé à moi. Ce livre auto-édité a connu un grand succès (1700 exemplaires vendus) qui a fini par intéresser un éditeur. Siri, bientôt 6 ans, ignore totalement le succès qu’elle a sur Internet !

Dans le Journal de Siri, vous avez mis en dessin votre vie de couple avec votre mari. Vous l’avez fait comme un acte militant ?

Pierre : Bien entendu ! Et je suis fier de voir que l’éditeur qui porte le projet avec moi m’encourage à continuer dans cette voie. Le Journal intime de Siri qui sortira en librairie cet hiver, si tout se passe bien, sera l’histoire d’un chat et de ses deux papas. Mon mari n’aime pas trop, voire du tout, être mis en avant dans mes activités de dessinateur, mais n’a pas vu d’inconvénient à apparaître dessiné dans l’histoire.

Aujourd’hui vous allez bien au-delà de Siri et de la caricature des anti-égalités, vous illustrez maintenant l’actualité à la fois politique et people, vous comptez devenir un dessinateur de presse ?

Pierre : C’est mon dessin de base depuis mes débuts ! Je suis l’actualité. Quand j’ai débuté, celle-ci était intégralement liée au Mariage pour tous, mais pour moi mes dessins ne se limitent pas aux thématiques LGBT. J’aborde les faits de société, l’actualité, l’environnement… tout ce qui me touche me fait réagir. A ma manière, je me considère dessinateur de presse… même si aucun journal ne relaie mes dessins, le nombre de personnes qu’ils touchent reste assez conséquent ! 

Nawak : 5 ans de passion pour le dessin et un combat pour l’égalité

On a pu observer que vous étiez souvent la cible des homophobes et des « anti-manif pour tous » notamment sur les réseaux sociaux. Leurs propos sont souvent haineux à votre encontre. Comment réagissez-vous et comment faites-vous pour supporter cette haine ?

Pierre : C’est le prix à payer quand on s’expose… L’œuvre est publique. Les réseaux sociaux offrent un moyen de réagir à moindre frais, sans filtre, à ce que l’on voit… C’est donc un support idéal pour l’extrême droite, qui y trouve un moyen de diffuser ses idées simplistes. Mais la violence ne vient pas que d’elle ! Il y a aussi beaucoup de violences dans le camp des progressistes. J’y vois même une fracture entre deux générations de militants. Je trouve parfois la jeune génération bien plus réactionnaire que certains réacs de droite ! Est-ce la faute à une société où l’émotion et la réaction ont pris le pas sur la réflexion et la mesure ? Pour ma part, je revendique mon sens de la nuance, quitte à choquer ou décevoir les plus radicaux. Je revendique aussi de rire de tout tant que c’est fait avec bienveillance… et ce malgré les procès en grossophobie ou en homophobie (ou en racisme, ou en sexisme…) qu’une minorité radicale a entrepris à mon égard. Je revendique aussi mon droit à un humour vachard quand il s’adresse à des personnes voulant imposer leur opinion comme une vérité établie… et là, je m’attaque à tous les radicaux, sans distinction.

S’exposer sur les réseaux sociaux, c’est assumer leur violence et la violence des réactions. C’est dur au départ… mais on s’y fait ! Le dessinateur n’est ni un ami, ni un psy, ni un punching-ball : son rôle, c’est de dessiner… pas de se justifier.

Nawak : 5 ans de passion pour le dessin et un combat pour l’égalité

La pratique de votre art a beaucoup changé en 5 ans. Après vos publications participatives, vous réalisez maintenant des Live vidéo avec les internautes, et bientôt Siri devrait être publié par une grande maison d’édition. Quel parcours ! C’est un beau succès et tout cela sur votre temps libre. Quel regard portez-vous sur cette évolution ?

Pierre : Nawak est l’aventure d’une vie ! C’est une passion aussi dévorante qu’envahissante. Ma vie sociale a pris un sacré coup depuis que j’ai commencé à dessiner ! Mais quel plaisir – quel pied ! – de voir que mon travail plait, touche, est utile aux gens. Car dans le flot d’insultes et de menaces, il y a les nombreux messages de soutien. Il y a les témoignages d’anonymes qui trouvent réconfort dans mes dessins. Il y a les rencontres et les amitiés qui se sont nouées après des salons ou des événements… Grâce à Nawak, j’ai pu croiser des artistes de talent, tels Guillaume Meurice, Charline Vanhoenacker, Florence Cestac ou Sophie Labelle plus récemment… J’ai même eu la fierté de croiser Christiane Taubira et échanger avec elle. Sincèrement, je porte sur ces 5 dernières années le regard du gosse qui se demande si tout ceci est bien réel.

Nawak : 5 ans de passion pour le dessin et un combat pour l’égalité

Quels sont vos projets pour les 5 prochaines années ?

Pierre : Je n’imaginais même pas tenir 5 ans… alors envisager les 5 prochaines années est difficile. Je vais déjà mettre toute mon énergie dans le prochain Journal intime de Siri et continuer de dessiner en fonction de mes convictions. Je regarde la montée des extrêmes avec beaucoup d’appréhension… quand on voit la montée d’un Laurent Wauquiez, je me dis qu’il va y avoir du boulot et que l’humour sera plus que jamais nécessaire face aux idées rances et aux vérités imposées.

… dernière question, étant donné qu’elle a une part de responsabilité dans votre succès, votre chat Siri aura t’elle droit à un cadeau ?

Pierre : Siri est déjà pourrie gâtée au quotidien ! Elle peut déjà compter sur les cadeaux de ses fans que je ramène après chaque salon ou festival. Elle aura donc une bonne pâtée et une double – triple ? – ration de câlins !

+Bonus

vidéo de présentation du Journal de Siri par Nawak en 2015. Disponible en format numérique et prochainement réedité et « remasterisé » en fin d’année 2018.

Pour suivre Nawak

Site web de Nawak Illustrations
Nawak sur Twitter
Nawak sur Facebook
Pour soutenir son travail : Tippee

(photos : illustrations de Nawak – photo de Pierre par Jean-Côme Cabanne, photographe)

A lire également

3 commentaires

  1. Soizic

    j’adore ses dessins et son humour. Pouvoir échanger avec lui lors des lives qu’il organise sur les réseaux sociaux est un plus, ça permet de mieux connaitre le métier de dessinateur et de découvrir la création d’un dessin de A à Z.

  2. Benjamin

    Excellent ! Nawak a un grand talent. Hâte de voir la suite des aventures de siri.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *